Raymond Domenech
Raymond DomenechCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
Puisqu'il faut bien rire...

ASSE – Humour : « L'homme de la situation, ce ne peut être que Raymond ! »

Un choix s'impose à l'ASSE pour succéder à Claude Puel...

Zapping But! Football Club Le journal de l'AS Saint-Etienne : Peut-on croire en des jours meilleurs?

C'est fait depuis dimanche et une dernière humiliation contre Rennes (0-5) : l'ASSE a enfin viré Claude Puel, doublement entré dans l'histoire du club forézien grâce à ses résultats, les pires jamais enregistrés, et à son salaire (225 000€ mensuels), le plus élevé pour un coach des Verts jusqu'ici. Un record qui devrait perdurer quelque temps encore puisque Bernard Caiazzo et Roland Romeyer, selon nos informations, ne peuvent proposer plus de 50 000 € à son successeur.

La question que tout le monde se pose ce mardi, bien sûr, c'est qui, donc, pour succéder à Puel ? Dans un premier temps, hier, le club forézien a annoncé que Loïc Perrin allait se rapprocher du terrain dans un rôle de coordinateur sportif. Très bien. Et que c'est Julien Sablé qui assurerait la séance d'entraînement de ce matin. Bien, bien. Mais il y a match dès samedi, à Reims, et qui, donc, pour coacher l'équipe en Champagne, et au-delà pour tenter de sauver l'ASSE, comme l'avait fait Jean-Louis Gasset il y a quatre ans ?

Le peuple vert rêve d'un retour de Gasset, mais...

Un retour de Gasset, voilà qui aurait de la gueule, non ? Il revient, sauve une nouvelle fois les Verts, sans argent cette fois-ci, faisant fi des critiques de Roland Romeyer sur ses allers-retours à Montpellier, sur ses recrues aux salaires XXL, sur son ami Ghislain Printant... Mais bon, on a beau se renseigner, non, il s'avère, hélas, que « JLG » n'a pas été contacté. Les noms qui filtrent ? Pascal Dupraz et David Guion, comme il y a deux mois quand Puel était menacé après une défaite contre Nice (0-3). Sont venus s'ajouter hier soir les noms de coachs libres comme Adrian Ursea et Frédéric Hantz. Pas de quoi faire se lever les foules mais à 50 000 €, ne nous leurrons pas : l'ASSE n'aura ni Zidane ni Ranieri.

Quitte à être Jobard...

Sur les sites de supporters, certains se sont amusés à recommander l'ancien dijonnais Stéphane Jobard, au nom prédestiné pour une mission qui en ferait reculer certains. Entraîner l'ASSE oui, mais dans ces conditions, avec ce classement, cet effectif, ces moyens, la vente du club, etc... Non, on a beau chercher, ce rôle là n'est taillé que pour un seul homme. Un vrai amoureux des Verts, qui donnerait tout pour sauver la patrie, ce maillot, cette couleur qu'il aime tant au fond de lui, mais alors tout au fond... On parle bien sûr de Raymond Domenech. Un an après avoir grandement contribué à sauver le FC Nantes en ne remportant pas le moindre match, l'ancien lyonnais a le profil idoine. Et les dirigeants feraient d'une pierre deux coups car avec lui, après avoir fait venir Steed Malbranque et tenté Anthony Mounier il y a quelques années, cette nouvelle idée de génie(s) leur permettrait à coup sûr de reconquérir définitivement les supporters, si incroyablement défiants ces dernier temps. On plaisante, bien évidemment... »

 

Pour résumer

L'ASSE cherche un successeur à Claude Puel, mis à pied dimanche. C'est Julien Sablé qui va assurer l'intérim, comme il y a quatre ans, en attendant la nomination d'un nouveau coach qui sera choisi par Jean-François Soucasse.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS