ASSE – INFO BUT ! Le Prince Ravichak serait prêt à renoncer
Roland Romeyer et Bernard CaiazzoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
RACHAT DES VERTS

ASSE – INFO BUT ! Le Prince Ravichak serait prêt à renoncer

Ambitions, développement du club en Asie... le Prince Ravichak avait lancé son opération séduction mi-septembre. Mais sa sortie médiatique, l'origine de ses fonds et ses relations semblent lui nuire...

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Candidat au rachat de l'ASSE, le Prince Norodom Ravichak avait expliqué son projet dans un entretien accordé à RFI, et celui-ci ne manquait pas d'ambition, à priori. « Je ne viens pas pour réaliser une opération financière, avait-il promis. Je souhaite m’investir à long terme et prendre soin de l’ASSE. J’apporterai des moyens suffisants pour réaliser ces ambitions et permettre à Saint Etienne de retrouver sa splendeur. Au-delà, je souhaite aussi promouvoir le football français et la Ligue 1 en Asie en mettant l’ASSE en avant. Nous contribuerons en outre à promouvoir la ville de Saint Etienne et sa région à l’étranger. Mon ambition pour Saint Etienne est nationale et internationale ».

Il a convaincu une grande majorité de supporters...

Son objectif : arriver à la tête de l'ASSE dès cet hiver, afin de recruter au Mercato de janvier pour renforcer l'équipe et assurer le maintien, avant de viser le Top 5-6 dès la saison prochaine, soutenu par plusieurs investisseurs chinois. Un projet et un discours qui, manifestement, ont séduit les supporters stéphanois, comme en atteste un sondage réalisé par le site EVECT. A la question « quel projet de rachat pour l'ASSE vous séduit le plus ? », les internautes ont voté à 85% pour Norodom Ravichak, le projet local, porté par Olivier Markarian, n'obtenant que 13.4% des votes, et le fonds d'investissement américain, Terrapin Partners, réunissant seulement 1.5% des suffrages.

… mais pas KPMG

Pourtant, contrairement aux deux autres projets, Ravichak n'a pas eu le feu vert de KPMG pour accéder à la data room. Un communiqué de l'agence JPMA Conseil (dans laquelle on retrouve l'ancien journaliste Patrick Chêne), mandatée par l'ASSE, a fait comprendre que la sortie médiatique du prince n'avait pas été bien accueillie, clause de confidentialité oblige dans le dossier de la vente du club... Et les jours suivants, plusieurs articles ont fleuri sur le projet. Certains ont pu jeter le trouble sur les relations entretenues par Ravichak avec Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, et sur les partenaires qui l'accompagnent. Mais aussi un article, dans le Progrès, qui a fait la Une du quotidien régional mardi dernier, où l'on a pu lire que Ravichak avait approché Jean-Michel Aulas il y a deux ans pour tenter de créer un partenariat avec l'académie de l'OL. A quelques jours du derby, cette information, qui émanait à la base de l'antenne lyonnaise du Progrès, a pu être interprétée de plusieurs manières. Certains y voyant une tentative de déstabilisation orchestrée par Aulas en personne, d'autres y voyant plutôt une autre intervention, plus « stéphanoise », visant à discréditer le projet cambodgien, afin, peut-être, de servir d'autres intérêts... Toujours est-il que du côté du prince, on a compris que le projet ne faisait pas l'unanimité. Et l'idée de jeter l'éponge commencerait même à gagner du chemin.

Pour résumer

Ambitions, développement du club en Asie... le Prince Ravichak avait lancé son opération séduction mi-septembre. Mais sa sortie médiatique, l'origine de ses fonds et ses relations semblent lui nuire. Toujours pas autorisé à entrer en data room, il envisagerait de retirer sa candidature.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS