Dupraz, ici avec Maçon
Dupraz, ici avec MaçonCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ILS COULENT ILS COULENT...

ASSE - L'analyse de Laurent Hess : « Seul un miracle peut sauver ces Verts là »

L'ASSE a une nouvelle fois failli hier à Nice, où elle a coulé en deuxième mi-temps après avoir mené 2-0. A deux journées de la fin du championnat, alors que Metz n'est plus qu'à 3 points, sa situation est de plus en plus précaire...

Zapping But! Football Club ASSE : les Verts sans cellule de recrutement, un problème ?

Champion de France avec Lille l'an dernier, Christophe Galtier vit une saison plus compliquée avec Nice. Après la finale de Coupe de France perdue contre Nantes (0-1), des tensions ont été révélées entre le Marseillais et sa direction. Sans doutes celles-ci se sont-elles un peu dissipées après le succès renversant des Aiglons face aux Verts (4-2), hier soir. Un succès assez improbable à la mi-temps, alors que l'ASSE menait 2-0 dans une Allianz Riviera désertée par les supporters niçois et où quelques Ultras ont fait étalage de leur bêtise avec un chant abjecte sur le regretté Emiliano Sala... En dix minutes, avec un but de Bard et un doublé de Delort, trop puissant pour le pauvre Bernardoni, les Aiglons avaient retourné la situation, Boudaoui ajoutant un quatrième but sur la fin d'un tir imparable, celui-là.

Dupraz fait moins le malin, Reims sera vital

Après avoir caressé l'espoir de rejoindre Lorient, le 17e, avec 34 points, l'ASSE est toujours barragiste, avec 31 points. Ce qui relève du miracle à deux journées de la fin. Mais avec sa victoire contre Lyon (3-2), Metz est revenu à 3 points avec un meilleur goal average, avant de recevoir Angers et de terminer à Paris. Un succès des Messins samedi soir conjuguée à une nouvelle défaite des Verts contre Reims et l'ASSE se retrouverait donc 19e avant la dernière journée et son déplacement chez des Nantais sur un nuage en ce moment. Un scénario redouté par tout un peuple vu l'état dans lequel se trouve l'équipe de Pascal Dupraz. Têtu comme une bourrique, comme l'était son prédécesseur, Claude Puel, qui par contre avait au moins pour lui cette volonté de jouer au football, Dupraz ne changera sans doute pas son système et cette défense à cinq qui tourne pourtant à plus de 3 buts encaissés par match depuis sept journées. Le Haut-Savoyard est prêt à mourir avec ses idées, convaincu que son équipe ne peut pas jouer à quatre défenseurs, et toujours aussi convaincu qu'elle se maintiendra, sans que l'on comprenne vraiment pourquoi. Mais en conférence de presse avant Nice comme au micro du diffuseur, hier soir, Dupraz faisait un peu moins le malin que lorsqu'il se moquait de Pascal Gastien après un succès à Clermont (2-1) ou quand il envisageait d'assister à un match au milieu du kop avant Troyes (1-1). « Ce sont ces joueurs qui doivent maintenir l'AS Saint-Etienne. Il y a une fragilité, il y a des explications, mais on en parlera à la fin », a-t-il lancé. Un bel aveu d'impuissance et une façon pour lui de préparer le terrain en cas d'échec, de se dédouaner. Ses mots résonnant quand même un peu comme : « Ce n'est pas de ma faute si les joueurs sont mauvais... N'oubliez pas qu'il n'y avait que 12 points quand je suis arrivé... » Ce qui est indéniable.

Pour résumer

L'ASSE a une nouvelle fois failli hier à Nice, où elle a coulé en deuxième mi-temps après avoir mené 2-0. A deux journées de la fin du championnat, alors que Metz n'est plus qu'à 3 points, sa situation est de plus en plus précaire...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.