ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Trois points en cinq journées, on sait ce que les Verts vont jouer ! »
par Laurent HESS
APRES-MATCH

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Trois points en cinq journées, on sait ce que les Verts vont jouer ! »

Battue à Montpellier (0-2), l'ASSE, à présent 19e de L1, s'est enfoncée à la Mosson. Où Ignacio Ramirez, pour son baptême du feu, a pu constater d'entrée les lacunes de sa nouvelle équipe...

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur la gestion de l'espoir Bilal Benkhedim

Avant le coup d'envoi de la L1, Claude Puel avait botté en touche au moment de répondre aux journalistes sur l'objectif qu'il s'était fixé cette saison. « On fera le point après dix journées », avait-il lancé. Mais après cinq journées, et avec seulement trois points au compteur, on voit mal comment l'ASSE, actuelle 19e de L1, pourrait jouer autre chose que le maintien en cette nouvelle saison de transition, qui sera sans doute la dernière de Claude Puel et de l'ère du duo présidentiel Romeyer-Caiazzo.

Pour marquer, il faut cadrer !

Après la trêve imposée par le calendrier international, on se disait que les Verts avaient un bon coup à jouer en se déplaçant à Montpellier, le MHSC étant orphelin de son duo Laborde-Delort, mais aussi de Mollet, suspendu. Puel avait d'ailleurs choisi de jouer la carte de l'offensive avec un 4-4-2 animé par le quatuor Nordin-Khazri-Hamouma-Bouanga, la recrue Ramirez démarrant sur le banc. Malheureusement, les Verts, malgré leur bonne entame, n'ont pas su concrétiser leur domination, et c'est contre le cours du jeu que Mavididi, en profitant d'un marquage bien trop relâche de Maçon, a ouvert le score en première mi-temps, Germain se chargeant de doubler la mise à l'heure de jeu sur un service de ce même Mavididi. Approché par les Verts lors des derniers jours du Mercato, l'ancien marseillais aura réussi ses débuts. Côté stéphanois, Ramirez, lui, n'a pas eu beaucoup de ballons à négocier à son entrée en jeu.

Avec un duel de cancres à venir contre Bordeaux, l'ASSE jouera gros samedi

En trente minutes, l'Uruguayen a toutefois pu faire apercevoir la qualité de ses appels. Il devrait apporter plus de présence dans la surface à des Verts qui en manquent cruellement depuis le début de la saison, eux qui n'ont marqué dans le jeu qu'à Lens (2-2). A Montpellier, où Savanier, meilleur joueur sur le terrain, se sera bien promené hier, les Verts ont rivalisé de maladresse dans le dernier geste, multipliant les frappes non cadrées, la palme revenant sans doute à Bouanga, mais aussi à Camara et Neyou, qui ont vendangé deux grosses occasions en expédiant leurs frappes dans les nuages. Camara et Neyou, dont le rendement est bien décevant en ce début de saison, eux qui avaient été parmi les rares satisfactions vertes la saison dernière. Une saison que l'ASSE avait réussi à terminer à la 11e place grâce à son bon sprint final. Mais sa dynamique du printemps est déjà loin. Et la pression sera déjà de retour dans le Chaudron, samedi, avec la venue de Bordeaux, battu hier contre Lens (2-3) et bien mal en point(s) aussi. Pour une « affiche » qui opposera le 19e et le 20e du championnat, dans un stade Geoffroy-Guichard où un feu d'artifice est prévu pour fêter les 90 ans d'un Chaudron où l'ASSE n'a remporté que 5 de ses 21 derniers matches, depuis le début de la saison dernière...

Objectif maintien pour les Verts...

La saison débute tellement mal pour les Verts, et leurs lacunes sont si criantes que l'on imagine mal comment l'équipe de Puel pourrait jouer autre chose que le maintien. Sa défaite à Montpellier (0-2) hier lui vaut d'être 19e, devant Bordeaux, son prochain adversaire.

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS