ASSE : la menace des Verts est déjà identifiée à Angers
Angelo Fulgini (Angers)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
LEADER

ASSE : la menace des Verts est déjà identifiée à Angers

L’ASSE a un déplacement périlleux à négocier à Angers samedi pour le compte de la 29e journée de Ligue 1 (13h). La menace est déjà clairement identifiée dans les rangs du SCOA.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

Claude Puel ne désarme pas. Pleinement conscient de la tâche qui attend l’ASSE jusqu’à la fin de la saison, l’entraîneur des Verts a rappelé à ses ouailles l’importance du déplacement à Angers demain à la mi-journée (13h).

« Nous avons 10 finales à jouer. À chaque fois, on devra avoir cette mentalité. Il faudra tout donner. Angers ? Ils ont un gros bloc défensif, ils sont coriaces, jouent bien en contre avec un jeu assez direct, a-t-il martelé hier en conférence de presse. C’est un adversaire difficile à jouer avec des lignes compactes, denses. Je m’attends à un match difficile mais ils le sont tous (…) Encore une fois, on est conscient de la situation dans laquelle on est. Les joueurs sont prêts mentalement à tout donner. » Pour ce faire, les Verts devront se méfier particulièrement d’Angelo Fulgini, auteur de 5 buts et 3 passes décisives en Ligue 1 cette saison et convoité par l’ASSE au printemps dernier. 

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

« Angelo prend de l’épaisseur au fil des matches »

« Angelo prend de l’épaisseur au fil des matches. Je deviens très exigeant avec lui car s’il veut continuer de grandir, il faut qu’il gomme ces quelques ballons mal négociés, affirme Stéphane Moulin dans Ouest France. S’il veut continuer sa progression dans un club supérieur, il lui faut cette exigence. Il doit tendre vers l’excellence. Et l’excellence, c’est la remise en question permanente. Mes remontrances, ce n’est pas pour le fustiger, c’est pour l’emmener là où il veut aller. Car dans les grands clubs, la tolérance est moins importante. Angelo est armé pour subir ça. C’est un combat de tous les jours. »