ASSE : le projet de Puel, l'affaire Ruffier, le silence des dirigeants... David Berger (Canal +) en dit plus
Claude Puel et Bernard CaiazzoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
CONFIDENCES

ASSE : le projet de Puel, l'affaire Ruffier, le silence des dirigeants... David Berger (Canal +) en dit plus

Stéphanois de naissance, le journaliste David Berger (Canal +), qui a commenté le match ASSE-Angers (0-0) vendredi dernier, évoque l'actualité du club forézien. Il défend notamment le projet de Claude Puel. Deuxième extrait de l'entretien accordé à But Saint-Etienne, en kiosques ce mercredi.

But ! : David, vous gardez confiance en Claude Puel malgré cette série de 11 matches sans victoires ?

David BERGER : Oui. J'aime bien l'entraîneur. J'apprécie son adjoint, Jacky Bonnevay. Je trouve qu'ils sont assez lucides sur la situation. De toute façon un changement d'entraîneur ne changerait rien à notre parcours. Je suis toujours favorable aux projets sur du long terme. La mode, c'est de changer de coach à tour de bras. Mais ça ne sert à rien. Claude Puel s'est entouré d'hommes de confiance avec Bonnevay, Thuilot, Buisine. Laissons bosser cette équipe là, avec les moyens du bord.

Puel est là depuis plus d'un an. La mayonnaise tarde à prendre...

Ce serait dur de l'accuser de tous les maux, même si son projet peut peut-être sembler un peu rigide. Il faut que tout le monde adhère. Que tout le monde se batte pour la survie du club. Puel, il a un CV long comme le bras. J'y crois. Mais il ne peut pas faire de miracles. Il fait sans moyens, et sans le 12e homme aussi. Un match comme celui d'Angers, je suis convaincu que l'ASSE l'aurait gagné avec l'appui du public.

Que vous inspire l'affaire Ruffier ?

Je ne suis pas dans le secret des Dieux. Ruffier, je pense qu'on le fait passer pour une victime mais qu'il a aussi beaucoup de torts. Dans cette histoire, les torts sont partagés. C'est triste. Ça reste un monument, un gardien qui a marqué l'histoire du club. Mais niveau mentalité, ce n'est pas ça, ce n'est plus ça, peut-être. C'est du gâchis mais maintenant il faudrait que l'histoire s'arrête. Elle est terminée de toutes façons.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Roland Romeyer, je sais qu'il est un peu triste en ce moment. La période y est pour beaucoup. Il est malheureux. Il est à court de solutions »

Les supporters ont tendance à montrer le club du doigt...

Je pense que si Puel et les dirigeants agissent ainsi, c'est qu'ils ont sans doutes de bonnes raisons. Mais c'est dommage, comme avec l'équipe de France, car Ruffier était parmi les meilleurs gardiens. Je lui souhaite de se replonger dans le foot.

Les dirigeants gardent le silence depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois. Qu'en pensez-vous ?

On n'entend plus les présidents mais ce n'est peut-être pas plus mal. Parler pour dire quoi ? Bernard Caiazzo est pris par les histoires avec Mediapro, avec la Ligue. Et Roland Romeyer, je sais qu'il est un peu triste en ce moment. La période y est pour beaucoup. Il est malheureux. Il est à court de solutions. Je ne vais pas les blâmer de ne pas parler. Je pense que c'est une bonne chose de ne pas prendre de décisions à l'emporte pièce. Ils ont mis en place un staff, une équipe. Il faut lui faire confiance, sans s'immiscer dedans. Il faut laisser le projet mûrir, garder confiance. Sans marge de manœuvre, c'est la seule issue. Mais c'est sûr qu'une bonne série pour finir l'année ferait le plus grand bien. On reste sur trois matches nuls. On ne perd plus mais on ne peut pas s'en contenter. On n'a que 13 points. Il est grand temps de se remettre à gagner.