ASSE : le RC Strasbourg a joué un mauvais tour aux Verts
Gourna-Douath et ThomassonCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
UN ADVERSAIRE PRÉVENU

ASSE : le RC Strasbourg a joué un mauvais tour aux Verts

L'entraîneur de l'AS Monaco, Niko Kovac, se méfie du déplacement à Saint-Etienne vendredi, lui dont l'équipe a été battue par un autre mal-classé, le RC Strasbourg, il y a quinze jours.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

Vainqueur à Angers (1-0) samedi après-midi, l'AS Saint-Etienne s'est bien relancée dans la course au maintien. Sauf que les nuls de Lorient (1-1 contre Nice) et Nîmes (1-1 face à Montpellier) le lendemain, couplés à la surprenante victoire du FC Nantes à Paris (2-1) le soir même, ne lui ont pas permis de prendre ses distances avec la zone rouge. Si bien qu'il va aussi falloir à Claude Puel et ses hommes réaliser un bon résultat contre l'AS Monaco vendredi soir.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

"Ce n’est pas facile d’affronter une équipe qui lutte pour rester en Ligue 1"

Problème, les Monégasques se sont inclinés sur la pelouse d'un autre mal-classé, le RC Strasbourg (0-1), il y a deux semaines et leur entraineur, Niko Kovac, n'entend pas tomber deux fois dans le même piège : "La Ligue 1 est compliquée. On a un gros rendez-vous à Saint-Etienne. On joue à l’extérieur et leurs derniers matches ont été bons, a expliqué l'ancien du Bayern en conférence de presse. Ce ne sera pas facile donc on ne peut pas regarder plus haut. D’abord, il faut gagner. C’est sûr qu’on a l’opportunité de faire une bonne opération. L’idée c’est vraiment de creuser l’écart avec le cinquième. Mais effectivement, on pourrait mettre la pression aux équipes devant nous dès vendredi".

"Chaque match est difficile. Ce n’est pas facile d’affronter une équipe qui lutte pour rester en Ligue 1. On rentre dans le sprint final, chaque match est important. Il faut être à 100% à chaque fois, sinon, comme à Strasbourg, on peut s’incliner. Tout ne dépend pas de nous, ça dépend aussi de notre adversaire."