La joie des Verts
La joie des VertsCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ANALYSE

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : "La vraie mission des Verts, repousser le plan social"

Didier Bigard rappelle qu'un échec de l'ASSE dans son objectif de remonter en L1 dès cette saison pourrait avoir des conséquences dramatiques au sein du club forézien, à l'aube d'un déplacement à Angers où les Verts tenteront d'enchaîner après leur large victoire face à Troyres (5-0).

Zapping But! Football Club ASSE : les 10 plus grosses ventes de l'histoire

Un plan social est préparé à l’ASSE en cas d’échec dans la course à la montée. Logique puisque retrouver la Ligue 1 était un objectif sur deux ans et qu’on imagine mal un club de L2 continuer à vivre éternellement comme s’il accueillait chaque quinzaine le PSG, l’OM, l’OL, Lens, Monaco, Nice, Lille et autres, comme s’il jouait à l’extérieur devant quarante, cinquante ou soixante mille personnes en rêvant d’Europe. Concarneau, Annecy, Pau, Rodez, Dunkerque, ce n’est pas tout à fait pareil en termes de recettes. Encore moins si on barbote dans le ventre mou d’une division inférieure avec la peur, parfois, de dégringoler encore plus bas. Tout ceci n’a pas besoin d’être expliqué aux 250 salariés du club, qu’ils soient en CDI ou à temps très partiel. Ils avaient craint une telle issue il y a deux ans mais une réduction drastique du budget, les subsides de la Ligue pour éviter l’accident économique en cas de descente, la manne tombée grâce à la création de la société commerciale voulue par Vincent Labrune, les ventes de joueurs comme Gourna, Bouanga puis Camara ou Nkounkou avaient évité une trop grosse saignée. Juste quelques départs négociés. Il en ira autrement cette fois. Si le sportif sera touché avec un effectif pro resserré et un centre de formation recentré sur l’essentiel, ou supposé tel, c’est surtout la cinquantaine d’administratifs et l’encadrement, y compris technique, qui seront impactés. Cela les joueurs le savent. Ils n’ont pas que leur avenir personnel entre leurs pieds. La notion du collectif prônée par Olivier Dall’Oglio prend une toute autre valeur à l’heure du déplacement à Angers où on attend une confirmation de la prestation fournie devant Troyes avec à sa base une réaction d’orgueil et une prise de conscience.

Roland Romeyer et les montagnes russes

L’enjeu dépasse les trois points à prendre chaque semaine et le discours de l’entraîneur stéphanois se fait d’autant plus ferme face au risque de la moindre démobilisation.« On ne va pas s’enflammer, on n’a rien gagné » a-t-il déjà prévenu en insistant sur «la concurrence » qu’il espère aussi positive pour les joueurs qu’elle l’est pour le staff. Au passage le message est clair « Que ceux qui ne jouent pas ne soient pas contents, ça ne me dérange pas, qu’ils tirent la gueule et ne fassent pas les efforts voulus, ça non. Les choix, ce peut être ressenti comme une injustice, mais ça fait partie du métier, on n’est pas là pour faire plaisir ». La mission de tous va, de fait, bien au delà des egos. Le premier à en être conscient est sans doute Roland Romeyer et pas seulement parce que les kops le tiennent pour responsable et qu’il l’est par définition. S’il concède «avoir mieux dormi » après le 5-0, il reste mesuré parce qu’avec cette équipe c’est un peu trop souvent « les montagnes russes ».

Didier Bigard 

Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Didier Bigard rappelle qu'un échec de l'ASSE dans son objectif de remonter en L1 dès cette saison pourrait avoir des conséquences dramatiques au sein du club forézien, à l'aube d'un déplacement à Angers où les Verts tenteront d'enchaîner après leur large victoire face à Troyres (5-0).

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.