ASSE : un dernier avertissement lancé à Puel avant la sanction ultime ?
Claude Puel (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
CARTON JAUNE

ASSE : un dernier avertissement lancé à Puel avant la sanction ultime ?

La lourde défaite encaissée vendredi par l’ASSE devant l’AS Monaco (0-4) est peut-être celle de trop avant un raz-de-marée dans le Forez.

Zapping But! Football Club ASSE : les meilleures déclarations de l'année 2020

Claude Puel ne veut plus entendre parler de la raclée enregistrée vendredi contre l’AS Monaco en ouverture de la 30e journée de L1 (0-4). L’ASSE a été rossée par une équipe bien meilleure qu’elle dans bien des aspects et son coach veut rapidement tourner la page pour éviter de broyer du noir. La trêve internationale pourrait aider à opérer cette transition même si Patrick Guillou ne compte pas lâcher tout de suite les Verts après leur prestation insipide.

« Faillites tactique, technique et au niveau de l’état d’esprit. Endormis et amorphes, les Verts n’ont pas existé, a-t-il analysé dans Le Progrès. Les défaites s’accumulent comme une valise à roulettes que l’on se refile de main en main. Les larmes coulent à l’intérieur. Pointe à l’horizon ce sale air de la peur. C’est très cher payé. Mais l’addition peut être encore plus lourde. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'ASSE

« À ne rien vouloir n’entendre, on finit souvent avec des oreilles d’âne »

L’ancien défenseur de l’ASSE commence surtout à penser que Puel ferait sans doute mieux de réinstaller sa vieille garde pour finir la saison et assurer le maintien le plus vite possible. Sans l’union sacrée qui va de pair, la relégation tend les bras au club forézien. 

« Les bannis, les écartés, les exclus, les vieux et les jeunes doivent sauver le soldat ASSE et par effet ricochet le "CLP" (Champions League Project) du tacticien stéphanois. Je crie attention danger ! Il en va désormais de la survie du club, a-t-il poursuivi. Fini la poudre de perlimpinpin, les discours des marchands d’orviétan et le miroir aux alouettes. 14 victoires en 50 rencontres. A ne rien vouloir n’entendre, on finit souvent avec des oreilles d’âne. »