ASSE : Un ex banni de Puel revient sur son calvaire
Miguel TraucoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS

ASSE : Un ex banni de Puel revient sur son calvaire

Revenu en grâce aux yeux de Claude Puel, Miguel Trauco ne cache pas qu'il a vécu des moments très compliqués. Il estime que l'ASSE va jouer gros sur ce dernier mois de l'année...

But! : Miguel, comment abordez-vous cette fin d'année ?

Miguel TRAUCO : Elle est très importante. Avant la trêve, il ne nous reste que des finales. Il faut prendre le plus de points possibles.

Vous êtes en bas du tableau. Avez-vous la pression ?

Non. Je ne vois pas les choses comme ça. On est professionnels. On est habitués aux matches à enjeux. Et on a la chance de jouer au foot.

Ne craignez-vous pas pour le maintien ?

Non. On garde confiance en nous. On connait notre qualité. Je suis sûr de nos forces. Imaginer que l'on puisse descendre, ce n'est pas du tout dans ma tête.

Comment expliquez-vous cette première partie de saison difficile ?

Cela fait partie du foot. Cela m'attriste, c'est sûr. Personne ne rentre sur le terrain pour perdre. Le tout, c'est de rester fort mentalement, de ne pas paniquer et de trouver les ressources pour vite rebondir.

Comment vous sentez-vous ?

Très bien. J'ai joué avec la sélection. Ça m'a fait beaucoup de bien. Depuis, j'ai la chance d'enchaîner. J'ai repris confiance en sélection et je commence à me sentir mieux physiquement. J'espère que ça va continuer.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

« Il y a eu le confinement, ma mise à l'écart... C'était la période la plus compliquée de ma carrière »

Vous avez été élu meilleur joueur du match contre Lille. Etait-ce une sorte de revanche après les galères que vous avez connues ?

Oui. On peut voir ça comme ça.

Comment avez-vous vécu votre mise à l'écart ?

C'était très dur. Il y a eu le confinement, ma mise à l'écart... C'était la période la plus compliquée de ma carrière. J'étais loin de chez moi. Je suis vraiment très heureux que cette période soit derrière moi, et très heureux de rejouer. Ça me manquait.

Au Pérou, quel a été le discours de votre sélectionneur pendant cette période ?

On a beaucoup parlé de moi au Pérou, de ma situation. Les gens doutaient. Mais grâce à Dieu, le sélectionneur m'a toujours fait confiance, même si je ne jouais plus ici. Cela m'a motivé encore plus à porter le maillot péruvien. C'est une responsabilité énorme.

Avez-vous envisagé de quitter Saint-Etienne l'été dernier ?

J'ai regardé s'il y avait des opportunités pour partir, oui. C'est normal puisque je ne jouais pas. Personne n'aime être laissé de côté. Mais je suis toujours là et ce qui compte aujourd'hui, c'est de lutter pour aider l'équipe à renouer avec la victoire, à bien finir l'année.

Vous serez encore là lors de la deuxième partie de saison ?

Oui, je pense. Je suis bien ici. J'ai envie de rester.