ASSE : une saison calme pour Puel... pourquoi ce n'est vraiment pas gagné !
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
PERSPECTIVES

ASSE : une saison calme pour Puel... pourquoi ce n'est vraiment pas gagné !

Après avoir flirté avec la relégation lors de ses deux premières saisons à l'ASSE, Claude Puel semble se préparer un nouvel exercice délicat...

Zapping But! Football Club ASSE : l'hommage des Verts à Loïc Perrin

17e en 2019-20 avant l'arrêt de la L1, suite à la pandémie du Coronavirus, l'ASSE a terminé 11e de L1 la saison passée, mais en passant les deux tiers de sa saison en flirtant dangereusement avec la zone de relégation. Claude Puel, arrivé dans le Forez à l'automne 2019 pour prendre la relève de Ghislain Printant, aura eu droit à une nouvelle saison compliquée. Une saison marquée par le transfert de Wesley Fofana alors que les Verts étaient en tête du championnat après trois journées, et par le départ au cœur de l'hiver de Xavier Thuilot, son bras droit, peu après une série de 7 défaites consécutives qui avait fait dégringoler l'équipe dans les bas fonds du classement, à l'automne.

A VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITE DE L'ASSE

Une ambiance pacifiée, mais toujours des moyens très limités

Une saison qui s'est bien fini mais qui fut marquée, aussi, par le licenciement de Stéphane Ruffier en janvier et par des tensions, à L'Etrat, dans le vestiaire mais également entre Puel et sa direction. Farouche défenseur du Castrais, Ludovic Obraniak était monté au créneau pour soutenir son ancien coach après l'humiliation subie par l'ASSE lors du derby contre Lyon (0-5), en février. « Le problème, c'est qu'à Saint-Etienne, il y a des vents contraires, avait-il soutenu. Quand un président choisit un coach, l'autre passe son temps à savonner la planche. Ils sont allés chercher Puel pour tout reconstruire. Mais à la mi-saison, on met le bazar. Le départ de Xavier Thuilot est quelque chose d'important. Il a rendu les armes alors qu'il est très compétent. Puel est tout seul. Il ne lâchera pas. Jamais. Il ira au bout. Mais la mission n'est plus la même. On lui dit de réintégrer les anciens alors qu'il n'aime pas les compromis. Il y a une scission ». Ce rappel des anciens aura tout de même porté ses fruits, notamment grâce à l'apport de Wahbi Khazri, auteur de 6 de ses 7 buts dans l'emballage final.

Il n'a plus qu'un an de contrat, et pas de prolongation en vue

Mais comme l'a dit Obraniak, la mission n'est plus la même pour Puel. Exit le projet sur du long terme : l'ancien monégasque n'a plus qu'un an de contrat et la période ne se prête pas vraiment à une prolongation. La mise en vente du club est un frein, sa situation économique aussi, surtout que Puel jouit d'un gros salaire (225 000 € par mois). Pour cette nouvelle saison, l'entraîneur le mieux payé de l'histoire de l'ASSE devra composer avec un nouveau président délégué, Jean-François Soucasse, qui va prendre le relais de Roland Romeyer. Mais surtout, il doit encore faire avec des moyens très limités pour reconstruire : le club n'est pas en mesure de proposer des salaires à six chiffres aux éventuelles recrues, et comme avec William Saliba et Wesley Fofana, il ne pourra peut-être pas retenir certains de ses meilleurs jeunes éléments en cas d'offre importante. Et devra, au contraire, composer encore avec certains « indésirables ». Et avec les rumeurs et remous autour de la vente du club, qui rendent sa position, d'entrée de jeu, assez inconfortable.

L'ASSE, c'est flou !

L'ASSE a repris l'entraînement lundi. Sans cadres, sans recrues, sans argent pour recruter, une nouvelle saison délicate pourrait se profiler pour Claude Puel...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS