Le kop sud s'est embrasé contre Monaco
Le kop sud s'est embrasé contre MonacoCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
DECISION

ASSE : vers une lourde sanction dès demain après les incidents de Monaco ?

L'ASSE risque gros après l'interruption de 30 minutes causée par les fumigènes craqués par les Green Angels hier soir...

Zapping But! Football Club ASSE : les Verts sans cellule de recrutement, un problème ?

Le match ASSE-Monaco (1-4) samedi a été interrompu à deux reprises, dont une interruption de 30 minutes, à cause des festivités liées au 30e anniversaire des Green Angels, dans le kop sud. Selon Le Progrès, cela pourrait couter cher à l'ASSE... « En choisissant un craquage massif à l’heure de jeu, ce qui a occasionné une interruption de trente minutes, les Greens ont joué contre leur camp, du moins celui du club, estime le quotidien régional. Après les incidents contre Angers et à Louhans contre Jura-Sud, l’addition commence à être salée. Le conflit avec les actionnaires ou les bras d’honneur adressés à la Ligue et aux autorités n’excusent pas tout. Au mieux, la sanction se limitera à une fermeture de leur tribune lors de la réception de Reims le 14 mai et lors de l’éventuel barrage. Au pire, ce sera un huis clos total. En espérant que la peine ne soit pas assortie de points de pénalités, même si en l’occurrence aucun projectile n’a touché les joueurs. »

ASSE-Reims délocalisé ?

RMC abonde dans le même sens. « Si la partie a pu reprendre après 30 minutes d’arrêt, l’ASSE s'expose à des sanctions. La commission de discipline de la LFP attend d'abord les rapports des officiels. Une réunion est prévue lundi pour envisager des mesures conservatoires a fermeture de tout ou partie de leur stade, voire leur suspension (délocalisation). Les sanctions définitives devraient être actées d'ici quinze jours. Saint-Etienne n’a plus qu’un match à disputer dans le Chaudron en Ligue 1 cette saison, le 14 mai face à Reims. Sauf en cas de barrage avec une formation de Ligue 2. »

 

Pour résumer

« En choisissant un craquage massif à l’heure de jeu, ce qui a occasionné une interruption de trente minutes, les Greens ont joué contre leur camp, du moins celui du club, estime Le Progrès. Après les incidents contre Angers et à Louhans contre Jura-Sud, l’addition commence à être salée. Le conflit avec les actionnaires ou les bras d’honneur adressés à la Ligue et aux autorités n’excusent pas tout. Au mieux, la sanction se limitera à une fermeture de leur tribune lors de la réception de Reims le 14 mai et lors de l’éventuel barrage. Au pire, ce sera un huis clos total. En espérant que la peine ne soit pas assortie de points de pénalités, même si en l’occurrence aucun projectile n’a touché les joueurs. »

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.