ASSE : effectif, moyens, standing... Puel se lâche comme jamais !
Claude Puel (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
MASOCHISME

ASSE : effectif, moyens, standing... Puel se lâche comme jamais !

Dans une longue interview accordée au magazine Vestiaires, Claude Puel a déballé un sac bien rempli depuis son arrivée sur le banc de l’ASSE en octobre 2019. Morceaux choisis :

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

L’ASSE, un club casse-gueule ?

« J’ai rejoint un club qui a vécu largement au-dessus de ses moyens, qui n’a plus de quoi honorer cette politique-là, qui se retrouve en grande difficulté financière sans aucune possibilité de recruter à titre onéreux, qui doit au contraire faire baisser la masse salariale, et dans lequel il n’y a pas d’actif au niveau des joueurs, pas de jeunes qui ont été développés à part Saliba, déjà vendu. Je me dis que je suis un peu maso, je suis allé là où pas un technicien sensé, qui a envie de faire carrière, ne serait allé, parce qu’il n’y avait que des coups à prendre. »

Une rigidité, quelle rigidité ?

« Comme je souris peu devant les caméras, on m’a vite collé cette étiquette d’entraîneur froid et rigoriste. En réalité, j’aime établir un cadre, certes, mais dans lequel j’accorde ensuite beaucoup d’importance à l’épanouissement du sportif et de l’individu. C’est le contraire de la rigidité ! Rester engoncé dans ses réflexes et ses certitudes, c’est disparaître. Le métier réclame aujourd’hui plus de partage, de discussion, alors qu’auparavant on pouvait se montrer plus dirigiste. Moi j’ai toujours la même personnalité, le même caractère. C’est simplement leur expression qui a évolué. »

Un travail exceptionnel, vraiment ?

« Ce qui est réalisé depuis deux ans à Saint-Étienne, dans les conditions dans lesquelles cela est réalisé, c’est assez exceptionnel. Parfois, j’essaye d’expliquer, mais  bon...  On ne retient que “ils ont gagné” ou “ils ont perdu”, c’est comme ça. C’est un travail ingrat car les gens ne savent pas. Ils voudraient qu’on joue l’Europe alors qu’on est en mission de sauver le club et notamment financièrement, en dégageant des actifs avec le développement de jeunes joueurs. Avant que d’autres profitent, plus tard, de notre travail... En attendant, je dois continuer à avancer en essayant de ne pas faire porter tout ce poids aux joueurs ni au staff. »

Pour résumer

Dans une longue interview accordée au magazine Vestiaires, Claude Puel a déballé un sac bien rempli depuis son arrivée sur le banc de l’ASSE en octobre 2019. L'entraîneur des Verts sait exactement comment sa mission risque de finir.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert