ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Mercato: Qui propose, qui décide et qui se cache à l'ASSE ? »
Claude PuelCredit Photo - Icon Sport
par Laurent HESS
ANALYSE

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Mercato: Qui propose, qui décide et qui se cache à l'ASSE ? »

Cette semaine, Didier Bigard pose son regard sur le recrutement de l'ASSE et le rôle clé que pourrait jouer Ignacio Ramirez dans la saison des Verts...

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur le revenant Wahbi Khazri

Bordeaux lanterne rouge, les Rennais sifflés par leurs supporters après leur défaite devant Reims, l’équipe d’Oscar Garcia qui avait été éjecté de Saint-Étienne. Les Lillois à la recherche du souffle que leur avait redonné Christophe Galtier, celui qu’on n’a pas retenu dans le Forez et qui fait briller Nice. Les Troyens qui vont s’imposer à Metz avec Laurent Batlles auquel on n’a pas réellement donné sa chance du côté de l’Etrat. On pourrait aussi évoquer les progrès de Franck Honorat ou Pierre-Gabriel à Brest. Mais ce serait de la mauvaise foi. Le football n’est pas si simple et les arrêts sur image ne sont probants que pour les disciples de la VAR. La vérité d’un match n’est que celle des débats qu’on entamait hier au coin d’un zinc et qu’on poursuit aujourd’hui sur des réseaux qu’on dit sociaux sans être sûr qu’ils le soient plus qu’un apéro. Les avocats des causes perdues de la semaine auraient beau jeu de relever que Jean-Louis Gasset qui a transformé les investissements stéphanois en résultats n’a pas été le faiseur de miracles, espéré chez les Girondins, que Frédéric Antonetti vénéré chez les Verts n’a pas encore gagné cette saison avec Metz, que Jessy Moulin ne joue pas à l’ESTAC. 

Même ceux qui ressuscitent et embellissent les prestations passées de Robert Beric se verront opposer les difficultés du Slovène cet été à Chicago, comme pour remettre les lignes du terrain en perspective, des lignes qui ne sont plus celles du but, hélas. L’évocation de celui qui a vu son genou et son élan brisé un soir de derby nous ramène dans cette surface désertée depuis trop longtemps par ceux qui portent le maillot d’espérances perdues. On va le rabâcher encore, mais les images du trio Brandao-Aubameyang-Gradel semblent dater d’un âge en noir et blanc. Garcia, Sablé, Gasset, Printant, Puel ont pour dénominateur commun cette démonstration par l’absurde qu’une équipe ne peut pas se passer d’un buteur.

On a beaucoup tiré sur Wantier, mais qu’est-ce qui a changé ?

Ignacio Ramirez sera-t-il cet homme providentiel ? En tout cas, ce ne sera pas Valère Germain qui a encore échappé aux Stéphanois et leur a fait un pied de nez avec Montpellier. Parce qu’il acceptait de diviser son salaire marseillais par quatre, on n’est pas sûr que l’argument économique soit recevable dans ce qui est un nouvel échec du recrutement dans ce secteur clé. Il faudra un jour que chacun affiche ses responsabilités après les avoir prises. Qui a fait capoter le prêt de Mostafa Mohamed, qui a tenu à faire signer Modeste ? Qui a oublié de former des attaquants? On a beaucoup tiré sur Wantier, mais qu’est-ce qui a changé ? Qui propose? Qui décide? Qui se cache? 

L’ASSE mise sur les jeunes. Tantôt on le reproche à ses dirigeants, tantôt on les fustige d’en laisser partir certains ou de ne pas donner leur chance à d’autres. Ce débat est assez stérile, aussi, et on trouvera toujours des défenseurs de cette politique, tel Dall’Oglio dont les propos rapportés dimanche dans Le Progrès sonnent différemment après le succès de ses hommes. « Il y a un renouveau avec des jeunes joueurs. On sent déjà une grosse progression par rapport à la saison précédente. On sent plus de solidité ». Bof... 

S’il pouvait se sentir encouragé par les mots de son confrère, Claude Puel n’a pas été rassuré par la prestation de son équipe « Ça fait mal. Il y avait matière à plier le match. On doit faire la différence avec la tête quand on ne peut pas le faire sur le plan physique, en raison de la fatigue... C'est vraiment du gâchis. On a manqué de caractère ».

On ne retient que les termes les plus fermes parce qu’on a du mal à croire que seule « la fatigue dont ont souffert quelques joueurs » explique ce nouvel échec, même associée à une mauvaise « gestion émotionnelle ». Si pour l’entraîneur stéphanois « l’efficacité reviendra avec le relâchement », on se dit qu’elle viendra surtout avec plus de détermination, et d’engagement. Et peut-être Ramirez...

Didier BIGARD

Le recrutement des Verts interpelle

Cette semaine, Didier Bigard pose son regard sur le recrutement de l'ASSE et le rôle clé que pourrait jouer Ignacio Ramirez dans la saison des Verts. L'ancien responsable des sports au Progrès s'interroge sur le rôle de certains, au club...

Laurent HESS
Rédacteur
Laurent HESS