Laurent Batlles
Laurent BatllesCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
ADVERSAIRE

ASSE - Mercato : Batlles a un autre rêve que succéder à Puel

Entraîneur de Troyes, qui affronte les Verts ce dimanche, Laurent Battles a rappelé combien il était attaché à l'ASSE, où il est resté neuf ans. Mais c'est un autre club qu'il rêve d'entraîner.

Zapping But! Football Club ASSE : l'edito de Laurent Hess sur la gestion de l'espoir Bilal Benkhedim

En conférence de presse avant hier, l'entraîneur de Troyes, Laurent Batlles, a expliqué combien il était attaché à son adversaire du week-end : "J'ai vécu deux ans à Saint-Étienne en tant que joueur, sept ans comme entraîneur. Ma famille réside là-bas, certains de mes amis montent exprès de Saint-Étienne pour venir aux matches et voir un peu comment ça se passe. C'est toujours particulier. Ils m'ont tous envoyé des messages pour me dire "Que le meilleur gagne" mais dans un sens, il y avait marqué après "Allez les Verts". J'ai surtout envie que l'on fasse un bon match. Je sais ce que représente pour moi ce maillot, ce qu'il a représenté. Maintenant, je suis à Troyes, j'en suis très content et j'ai très envie que devant nos supporters on gagne notre match".

On pourrait penser que le rêve de l'ancien milieu offensif est de retourner dans le Forez pour succéder à Claude Puel. Ce n'est pas le cas. Il s'agirait plutôt d'une ambition ou d'un objectif, mais pas d'un rêve. En effet, L'Equipe du jour explique que le fantasme absolu de l'entraîneur Laurent Batlles, ce sont les Girondins de Bordeaux ! Pourtant, il n'est pas né en Nouvelle Aquitaine (il est de Nantes) et il n'a joué que trois saisons au FCGB, soit moins qu'à Toulouse, par exemple. Mais il faut croire que ça l'a profondément marqué !

Batlles rêve d'entraîner Bordeaux, moins Saint-Etienne

Actuellement à Troyes, qu'il a fait monter dans l'élite, Laurent Batlles est très attaché à l'AS Saint-Etienne, son adversaire du jour, où il a passé neuf années. Mais son rêve ultime en tant qu'entraîneur est de diriger un jour les Girondins de Bordeaux.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet