ASSE - Mercato : Khazri, Boudebouz, Ruffier... les dessous de l’opération dégraissage
Stéphane Ruffier (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
LESSIVE

ASSE - Mercato : Khazri, Boudebouz, Ruffier... les dessous de l’opération dégraissage

L’ASSE et Claude Puel se sont lancés cet été dans une vaste opération dégraissage au mercato. Voici un point complet sur la situation.

Claude Puel a-t-il avancé dans son opération dégraissage ? À moins de deux semaines de la clôture du mercato, il est difficile de se faire une idée très précise sur la situation à l’ASSE mais certains cas semblent plus épineux que d’autres. En particulier chez les gros salaires du vestiaire. Wahbi Khazri arrive en tête de liste.

Meilleur buteur des Verts en 2018-2019 (14 buts), l’attaquant tunisien (29 ans) aurait boudé en apprenant qu’Adil Aouchiche récupérait son numéro 10 sur ordre de son coach cet été. Resté professionnel à l’Étrat. L’Équipe affirme ce jeudi que son avenir se jouera lors des derniers jours du mercato, lui qui reste ouvert à un départ. Un prêt pourrait être la solution même si des cadres militent pour sa réintégration dans le groupe.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

Boudebouz n'a aucune offre concrète

Du côté de Stéphane Ruffier, la donne est différente puisque le portier de l’ASSE est en conflit ouvert avec Puel. Non intégré dans la hiérarchie des gardiens, le Basque (33 ans) ce dimanche pèse 2,8 M€ brut par an et semble parti pour vivre une saison blanche qui coûterait cher aux deux parties.

Enfin, le cas Ryad Boudebouz (30 ans) pourrait également faire des vagues, lui qui aurait été froissé de s’entendre dire qu’il devait partir par Jean-Lus Buisine cet été. « Afin de calmer les esprits, Roland Romeyer l’a convoqué dans son bureau, début septembre, explique le quotidien sportif. Il lui a expliqué que le club n’avait rien contre lui, mais que le projet sportif et financier avait changé. Qu’il fallait baisser la masse salariale et revenir à des salaires « normaux ». En résumé, que s’il divisait son salaire de 190 000 € brut mensuels par deux, il pouvait rester. » Pour l’heure, le milieu offensif est est parti pour rester - sans toucher à son salaire - puisqu’il n’a pas d’offre concrète.

Pour résumer

La grande lessive entreprise par Claude Puel et l'ASSE au mercato n'est pas sans difficulté pour au moins trois cas dans l'effectif stéphanois. Focus.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert