ASSE - Mercato : un ancien indésirable de Puel au LOSC vide son sac
Claude Puel (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
CLASH

ASSE - Mercato : un ancien indésirable de Puel au LOSC vide son sac

Claude Puel, qui a côtoyé un certain du temps où il coachait le LOSC, ne lui a pas laissé un souvenir impérissable. L’actuel entraîneur de l’ASSE en prend pour son grade.

Les supporters du LOSC se souviennent très certainement de Nicolas Bonnal. Sous contrat avec Lille entre juillet 2002 et novembre 2004, l’homme aujourd’hui âgé de 43 ans n’aura pourtant porté le maillot des Dogues que lors de la saison 2002/03 (23 matchs et 2 buts).

L’intéressé avait été recruté par Claude Puel, qu’il avait déjà côtoyé à l’AS Monaco. « Il joue un rôle évident dans mon arrivée, concède-t-il au site Le Petit Lillois. J’avais disputé mon premier match en pro (à 18 ans, en mai 1995 NDLR), à ses côtés, alors qu’il était encore joueur. Puis une fois coach, il me titularisait souvent avant ma blessure. Je suis donc en confiance, d’autant que la visite médicale nous rassure sur l’état de mon genou. Je signe 4 ans, et Lille fait un effort pour l’indemnité de transfert (autour de 1,5M€ vers Monaco, NDLR). Cette étiquette de ‘recrue phare’ a pesé sur mes épaules. »

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DU LOSC

Puel a clashé Bonnal au LOSC

Après un début de saison compliqué sur le plan comptable, la situation va alors se dégrader en interne. « À titre personnel, cette saison est un échec. Je commence bien, je suis titulaire, je marque… Mais les résultats sont mitigés et la mayonnaise ne prend pas. C’est là qu’un clash intervient avec Claude Puel, avoue Bonnal. Je pense qu’il attendait trop de moi, et qu’il me reprochait plus qu’aux autres les mauvais résultats. Après avoir été vexé de prendre pour toute l’équipe, j’ai été mis de côté. Nous étions de forts caractères avec Puel, ça a clashé, jusqu’à un point de non-retour. Quelques soutiens m’ont défendu, mais ça n’a pas suffi à ma réintégration. Michel Seydoux a tenté de jouer les entremetteurs, en nous convoquant pour un entretien avec Puel, afin de recoller les morceaux. Mais je ne le sentais pas. J’ai donc attendu des offres, en vain. Puis j’ai négocié une résiliation (actée en novembre 2004 NDLR). »