ASSE, OM, FC Nantes, Girondins – L'oeil de Denis Balbir : « Rachat de club, à qui le tour ? »
Waldemar Kita (FC Nantes) et Roland Romeyer (ASSE)Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

ASSE, OM, FC Nantes, Girondins – L'oeil de Denis Balbir : « Rachat de club, à qui le tour ? »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Notre consultant nous donne son avis sur les possibles rachats de clubs en France d'ici à la fin de saison.

Zapping But! Football Club LOSC, OL, Monaco, OM : Top 10 des ventes de L1 vers la Premier League

« Entre fronde des supporters et situations économiques délicates, plusieurs clubs historiques de Ligue 1 font l'objet de rumeurs de rachat. Mais qu'en est-il réellement ? Y a-t-il des chances de voir de grands clubs français changer de pavillon d'ici à la fin de saison ? Nous allons discuter au cas par cas de quatre grands noms du football français.

« Impossible que l'ASSE change de mains d'ici à la fin de saison »

Pour l'ASSE, je n'imagine pas le départ de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo à court terme. En tout cas pas d'ici à la fin de saison. Pour moi, c'est impossible vu les circonstances et les difficultés économiques du football mondial. Certes, Saint-Etienne est une grande manque. Une marque connue à l'international malgré les résultats décevants de ces dernières années. Malgré tout, je n'imagine pas quelqu'un mettre les millions d'euros dans l'ASSE.

Les supporters réclament le départ des présidents à coup de banderoles, de manifestations. Personnellement, je trouve que c'est toujours facile quand les choses ne vont pas. Je peux comprendre la colère des fans, mécontents des résultats et qui rêveraient de voir Saint-Etienne en Coupe d'Europe tous les ans. Maintenant je trouve qu'on est un peu injuste avec le duo Romeyer – Caïazzo. Les présidents n'ont pas non plus fait que du mauvais. Si l'argent n'a pas toujours été bien utilisé, il y a eu quelques investissements pertinents. Même si ce n'est pas l'époque, tâchons de rester mesuré. Mieux vaut attendre un peu que Saint-Etienne trouve des investisseurs avec les reins solides et de vraies compétences au niveau du football.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

« L'OM, je ne comprendrais pas qu'il y ait anguille sous roche »

Pour ce qui est de l'OM, je ne crois pas non plus à une vente de Frank McCourt. On serait pas à une incompréhension près mais j'ai du mal à imaginer des négociations avancées. Autant il ne faut pas se fier à une campagne de communication et à un propriétaire qui répète à qui veut l'entendre que son club n'est pas à vendre, autant je ne comprendrais pas qu'il y ait anguille sous roche alors que le club vient de procéder à de gros changements dans l'organigramme. A moins qu'un milliardaire arrive avec des crédits illimités, je ne vois pas quelqu'un racheter l'OM à court terme. Le club est certes géré comme il est géré mais des choix ont récemment été fait pour que l'on se penche à nouveau sur le sportif. Pablo Longoria et le nouvel entraîneur Jorge Sampaoli auront encore quelques mois devant eux pour mener à bien le projet de McCourt, j'en suis persuadé.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE DE MARSEILLE

« Nantes, le club le plus sensible à un éventuel changement de propriétaire »

A Nantes, la situation est un peu différente par rapport à l'ASSE et à l'OM. Dans la presse, on voit même que certains sponsors tentent de se greffer à un projet de rachat à présenter à Waldemar Kita. Pour moi, c'est sans doute le club qui est le plus sensible à un éventuel changement de propriétaire. Le président Kita en prend vraiment plein la tête de la part des supporters. Personnellement, je pense qu'il faut être un peu mesuré. Il a mis beaucoup de son argent personnel, pas seulement 10 000€. Le minimum est de respecter ce qui a été fait... Même si on peut toujours débattre de l'utilisation qui a été faite de l'argent chez les Canaris. On parlait des présidents de Saint-Etienne mais le bilan de Kita à Nantes est encore plus catastrophique. Il suffit de voir la consommation d'entraîneurs pour s'en rendre compte...

Waldemar Kita s'est sans doute beaucoup plus planté que les autres actionnaires ailleurs. C'est surtout ça qui le fragilise. Nantes a un passif sportif dramatique mais son futur est aussi menacé par une rétrogradation en Ligue 2. Une descente sera un désastre pour les Canaris et le football français. Est-ce qu'il pourrait partir sur un échec ? Difficile à dire. Waldemar Kita est quand même un peu têtu. Une chose est certaine : le président nantais devra soit réfléchir différemment à l'avenir, soit baisser les bras...

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« Un changement de direction aux Girondins ? Pas inenvisageable »

Pour conclure notre tour de France des grands noms sur le marché, parlons des Girondins de Bordeaux. Un club sensible car largement endetté. Au niveau sportif, il y a pas mal de remous et cela n'arrange pas les choses en coulisses. Jean-Louis Gasset était présenté comme le héros de la saison avec Hatem Ben Arfa. Les choses se sont compliquées depuis même si la pérénité du club en Ligue 1 n'est pas en danger.

La chance de Bordeaux, c'est de pouvoir compter sur des outils fabuleux avec le Matmut Atlantique et le Haillan, une ville et une région très attractive. La chance des Girondins à l'international ? Il s'agit d'une marque porteuse. Même s'il y a un gros déficit, il n'est pas inenvisageable que Bordeaux change rapidement de main car, avec les vignobles à côté, le football n'est pas la seule activité qu'un actionnaire peut venir chercher sur place. »