FC Nantes – L'oeil de Denis Balbir : « Les Canaris sont à 80% en Ligue 2 »Lancer le diaporama
FC Nantes : le calendrier de fin de saison des Canaris en Ligue 1
+10
Alban Lafont et Nicolas Pallois baissent la tête au Roazhon Park. Une nouvelle défaite pour les Canaris.Credit Photo - Icon Sport
LANCER LE DIAPORAMA
par Alexandre Corboz
OPINION

FC Nantes – L'oeil de Denis Balbir : « Les Canaris sont à 80% en Ligue 2 »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Focus sur la descente aux enfers du FC Nantes, 19e et battu à Rennes (0-1).

Zapping But! Football Club Top 10 : les contrats de sponsoring maillots les plus lucratifs

« Si, avant le derby breton, Antoine Kombouaré avait tenté de positiver, la défaite du FC Nantes à Rennes (0-1) le ramène à sa triste réalité. Désormais n'y a plus de notion de derbys qui tienne : Nantes est aux portes de l'enfer. Faisons le bilan à six journées de la fin : 2 pts de retard sur Nîmes barragiste, 4 pts de retard sur Lorient, 8 sur Brest (16e), un goalaverage de -17... C'est très compliqué. Surtout quand on voit le calendrier avec la réception de Lyon, les déplacements à Strasbourg et Brest, les matchs à domicile contre Bordeaux et Montpellier et le match à Dijon. Quand je vois ce programme, avec plusieurs matchs couperets, je me dis que Nantes est à 80% en Ligue 2.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« De fortes chances que Nantes se fasse manger dans les matchs couperets »

A Nantes, on n'est plus dans l'urgence, plus dans la réflexion, peut-être même plus à penser aux barrages. Il faut prendre chaque match avec l'idée de ne pas perdre, de grapiller au moins un point. Si un joueur file au but, il faut être dans la condition mentale de se sacrifier pour l'empêcher de marquer. Aujourd'hui, le FC Nantes est face à un traumatisme. En changeant plusieurs fois de coach, Waldemar Kita a presque tout essayé, sans forcément faire les bons choix. C'est désormais trop tard pour construire avec Kombouaré, l'épisode Domenech a été ridicule, Gourcuff n'a peut-être pas été assez entendu et la limite de la qualité de l'effectif a fait le reste...

Dans cette course au maintien où le mental sera la clé, des équipes comme Nîmes ou comme Brest sont bien mieux préparés. A l'inverse de Nantes. Les Crocos et les Brestois se conditionnent à ce sprint final pour la survie depuis le début de saison. Chez les Canaris, il n'y avait d'ambitions démesurées. On ne visait pas le titre, ni le Top 5 mais on n'en était pas non plus à craindre pour le maintien. Forcément, quand il faut lutter dans des confrontations directes, il y a de fortes chances qu'ils se fassent manger. Ce Nantes n'a psychologiquement pas les armes. Il ne faudra pas qu'un exploit lors des six prochaines prochaines, il en faudra trois ou quatre. Cette équipe en est-elle capable ? J'en doute ...»

Albums Photos