Neymar Jr, très nerveux face au LOSC (0-1).Lancer le diaporama
PSG : le Top 10 des joueurs parisiens les plus utilisés cette saison
+11
Neymar Jr, très nerveux face au LOSC (0-1).Credit Photo - Icon Sport
LANCER LE DIAPORAMA
par Alexandre Corboz
OPINION

PSG – L'oeil de Denis Balbir : « Ce Paris est un écran de fumée »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Focus sur le PSG après sa défaite contre le LOSC (0-1) et avant le choc face au Bayern Munich.

Zapping But! Football Club Top 20 : joueurs en fin de contrat

« Avant d'en venir au PSG, je voulais d'abord faire une aparté sur l'arbitrage français. Pour moi, c'est le week-end ou jamais car on se ridiculise franchement. Le match PSG – Lille est un bon exemple. Autant le rouge de Neymar est logique, autant je ne comprends toujours pas pourquoi Tiago Djalo est exclu. A Monaco, le penalty sifflé contre Metz est incompréhensible. Celui sifflé contre les Verts est une honte et la VAR cautionne tout ça ! Soit les arbitres du bus ont un problème d'acuité visuel, soit ils ont un souci de compétence. Dans les deux cas, c'est embêtant.

Pour en revenir au PSG, leur saison est difficile à comprendre. Comme Lyon, cette équipe souffre d'une irrégularité chronique. Elle peut gagner facilement des matches compliqués sur le papier (Barcelone, OL) mais être en danger contre n'importe qui (Lorient, Nantes). Aujourd'hui, les absences sont très dommageables. Surtout celle de Marco Verratti, qui a pris une nouvelle dimension depuis son repositionnement. Mauricio Pochettino en a fait le métronome de son équipe et quand il n'est pas là, le manque se fait cruellement sentir.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU PARIS SAINT-GERMAIN

« Neymar, Mbappé, le Covid... Pochettino a du pain sur la planche »

Avant le Bayern, il y a quelques doutes. Dans quel état psychologique va être Neymar ? Face à Lille, il était très nerveux. Au niveau de l'intelligence, ses réactions épidermiques laissent entendre qu'il n'a pas encore saisi le vrai du faux. On peut comprendre la frustration, pas ce genre de bêtises qui se répètent. Pour ne rien arranger, il y a aussi les déclarations limites de Kylian Mbappé... Autant je suis d'accord sur le fait que les critiques sont souvent injustifiées et qu'on oublie assez vite ce qu'il a déjà fait à son âge, autant il faut qu'il accepte aussi d'être critiqué après un mauvais match. Cela fait partie du jeu. Encore plus quand on fait partie des plus grands Espoirs de la planète. Disons qu'entre ça, Neymar qui pête les plombs et les cas de Covid, cela fait beaucoup de boulot pour Pochettino.

En ce moment, le PSG est un écran de fumée. Sans Keylor Navas, qui est l'une des meilleures pioches du club sur ces dernières années, où en serait Paris aujourd'hui ? Sans doute éliminé de la Ligue des Champions par le Barça après une nouvelle remontada et avec au moins six points de moins en Ligue 1. Cela fait quand même beaucoup de paramètres qui vont sur le dos d'un seul homme. Cela veut surtout dire que le PSG, qui devrait être une machine avec toutes ses stars, n'est qu'une addition d'individualités. Ce n'est pas un collectif. Avec les années à jouer ensemble, une équipe doit aller vers une progression. Là, on a l'impression que chacun tire dans son sens. Depuis le départ d'Edinson Cavani, cette équipe manque d'un aboyeur.

« Avec le PSG actuel, c'est tout ou rien »

Est-ce que ce Paris est capable de renverser un Bayern Munich exceptionnel ? Quand on est aussi imprévisible, pourquoi pas ? Le PSG peut très bien en prendre quatre comme en mettre quatre. Avant, avec le Paris de Zlatan Ibrahimovic, on savait où on allait. On savait qu'en Ligue des Champions, il pouvait y avoir un plafond de verre parfois. Mais il y avait aussi cette capacité de sortir des matches en mode grinta comme ce fut le cas à Chelsea. Aujourd'hui, il n'y a pas de philosophie de jeu claire qui transpire. Avec le PSG actuel, c'est tout ou rien. C'est gênant sur la durée d'un championnat, un peu moins sur des matches de coupe. »

Pour résumer

Denis Balbir est de plus en plus agacé par l'irrégularité du PSG, capable du meilleur (OL) comme du pire (LOSC) avant le Bayern.

Albums Photos