Stade Rennais - L'oeil de Denis Balbir : « Stéphan n'a pas tout bien fait mais quand même... »
Julien StéphanCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
OPINION

Stade Rennais - L'oeil de Denis Balbir : « Stéphan n'a pas tout bien fait mais quand même... »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l'actualité de la Ligue 1. Notre consultant est revenu sur la démission de Julien Stéphan et la page qui se tourne au Stade Rennais.

Zapping But! Football Club Ligue 1 : top 10 du bilan financier des clubs

« Ce lundi matin, Julien Stéphan a démissionné de son poste d'entraîneur du Stade Rennais après la quatrième défaite de rang des Bretons (face à Nice vendredi). C'est un petit coup de tonnerre. Ces derniers temps, Julien Stéphan a pris beaucoup de coups. Plus que de raisons même...

A mon sens, il faut arrêter de toujours taper sur les entraîneurs. Qu'ils soient jeunes et prometteurs ou plus vieux, sur le retour ou « has-been ». On va me dire que c'est de la faute de l'entraîneur si une équipe comme Rennes, avec l'effectif pléthorique qui est le sien, produit des matches comme ça ? Bien sûr, il fait ses choix mais on a peut-être présumé – moi le premier - de la qualité réelle de cet effectif qu'on voyait en capacité d'aller taquiner les places en Ligue des Champions. Est-ce qu'on s'est trompé sur le coach ? Est-ce qu'on s'est trompé sur la qualité des joueurs ?

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

« Pas d'explications rationnelles aux difficultés rennaises »

Pour moi, la défaillance rennaise ne s'explique pas. En début de saison, on voyait une équipe séduisante dans le jeu, avec des joueurs de qualité comme Grenier, Guirassy, Terrier et compagnie. On en était tous à tresser les lauriers de Julien Stéphan. Depuis, il n'y a pas eu de cataclysme. Rennes a eu quelques blessés mais ne s'est jamais retrouvé décimés comme d'autres équipes. Julien Stéphan n'a pas tout fait bien, notamment dans la gestion assez floue du cas Mbaye Niang, mais de là à en faire le bouc-émissaire... Personnellement, je ne vois pas d'explications rationnelles aux difficultés rennaises.

A en lire certains, Julien Stéphan avait « pris le boulard ». Il était trop ambitieux, trop omniprésent. Pour très bien connaître Guy Stéphan et pour avoir rencontré Julien lorsqu'il était beaucoup plus jeune, je n'y crois pas une seconde. Je ne vois pas quelqu'un issu de cette famille prendre un boulard surdimensionné ou se prendre pour le nouveau José Mourinho. C'est dingue comme il a pu passer de l'étiquette « d'entraîneur d'avenir » à « entraîneur pourri » aux yeux de certains influenceurs... Ne comptez pas sur moi pour aller dans le sens de ces analyses réductrices.

Peut-être que le mal est ailleurs, qu'il est dans chaque joueur, dans le collectif rennais, dans une peur qui les fait déjouer. En tout cas, je n'ai pas eu le sentiment qu'il y a eu une fronde du vestiaire pour conduire au départ de Stéphan. S'ils l'ont été, c'est vraiment par derrière. Je ne crois pas en cette explication. Pour moi, quelque chose s'est déréglé à Rennes tout simplement.

Mettre toute la responsabilité sur le dos de Julien Stéphan, je trouve que c'est facile. Les joueurs sont trop protégés. Quand les coachs valsent, ils se défaussent toujours. Que ce soit à Saint-Etienne, à Rennes ou à Nantes. Ce sont toujours les entraîneurs qui paient les pots cassés à la fin. Aujourd'hui, le coach à la mode par exemple, c'est Franck Haise au RC Lens. Son équipe a des résultats, c'est un génie. Je suis prêt à prendre les paris que s'il perd quatre matches de suite, on aura droit aux mêmes réflexions que pour Stéphan et qu'on lui trouvera des défauts. Sincèrement, laissons les entraîneurs travailler au lieu de les juger ».