par Alexandre Corboz

Le blog de Denis Balbir : «ASSE – AC Ajaccio : ras le bol !»

Jeudi soir, l’AS Saint-Etienne a encore eu toutes les peines du monde à se défaire d’une formation de Ligue 2 (l’AC Ajaccio) en Coupe de France (2-1 ap.

). Trop, c’est trop !

J'adore le foot et son suspense. J'adore la Coupe de France et sa folie. J'aime les petits poucets de l'épreuve, les surprises, la course effrénée des vainqueurs vers leur banc et l'ambiance de vestiaires vétustes qui débordent de joie. Et puis j'aime ces matchs serrés qui n'en finissent pas, les prolongations, les tirs aux buts, la boue, le froid, les cris et les larmes qu'engendrent cette si belle épreuve. Mais il vient un moment où trop c'est trop.

Il vient un moment où des professionnels comme son nom l'indique, ont des obligations. Une obligation minimale de se surpasser et si certains peuvent se cacher dans certains clubs de seconde zone où le foot est là comme un napperon qui fait tache dans le salon, à Saint-Etienne c'est autre chose.

"Certains insultent le maillot vert qu'ils ont sur le dos"

Apparemment certains ne l'ont pas compris et avec le maillot vert sur le dos l'insultent clairement par un comportement néfaste ou insipide. Peut-être vais-je devoir vous balancer une banalité ? Faire du foot est une chance, au haut niveau, une chance de plus, et il y a des joueurs qui sont inconscients de cette chance et de leurs devoirs...

Quand on a la chance d'avoir un entraîneur juste, capable et compétent, des supporters fidèles et sans doute parmi les meilleurs de France, d'évoluer dans un centre d'entraînement aux infrastructures parfaites, et dans un stade mythique, on n’a pas le droit de se faire balader par ... Ajaccio en Coupe. Et même si tout le monde veut sa chance.

Pour reprendre les mots de Christophe Galtier, et donc avec tout le respect que l'on doit à cet adversaire, les Verts ont failli se faire sortir par une équipe de division inférieure, ce qui en soit ne serait pas une tare si le scénario finalement victorieux aurait été différent. 

"Ce cirque a assez duré"

La passe pleine de volonté de Nolan Roux pour Corgnet qui nous enlève une grosse épine du pied a rétabli la logique mais, à 48 heures d'un difficile déplacement à Reims, la prolongation n'aura pas arrangé les organismes, et le jeu reste inexistant. Du coup, pour les Stéphanois aujourd'hui tous les matchs deviendront délicats si leur comportement ne change pas. Il n'y avait pas de quoi pavoiser d'avoir gagner le derby et si c'est pour que le château de cartes s'écroule de journée en journée, ne bonifiant pas la victoire contre Lacazette et ses partenaires. Ce centième derby en Ligue 1 bien négocié n'aura servi à rien. Aux hommes de Christophe Galtier de répondre enfin aux attentes. Tout le monde s'impatiente et le ras le bol est proche. 

Si on donne le mot de la fin à l'entraîneur, le plus ancien sur un banc de Ligue 1 , ça donne ça : « La valeur des joueurs que j'ai en tête n'est pas à remettre en question, quoique, mais leur investissement si. Il y a 10 jours de mercato, certains prendront la porte et s'ils ne partent pas, ils iront s'entraîner avec la CFA! »

Le message est clair comme de l'eau de roche et comme nous sommes nous aussi inquiets, on est même prêt à applaudir le tacle car ce cirque a assez duré.Denis BALBIR

 

Notre application 100% Sainté est disponible. Il suffit de la télécharger et c'est ici : But ! Saint-Etienne 

Pour résumer

Jeudi soir, l’AS Saint-Etienne a encore eu toutes les peines du monde à se défaire d’une formation de Ligue 2 (l’AC Ajaccio) en Coupe de France (2-1 ap.

Podcast Men's Up Life
 

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.