par Alexandre Corboz

Le Blog de Denis Balbir : « ASSE, les Verts en finale…»

Accrochée par Toulouse (0-0) à Geoffroy-Guichard, l’ASSE est toujours maître de son destin pour la 4e place.

Accrochée par Toulouse (0-0) à Geoffroy-Guichard, l’ASSE est toujours maître de son destin pour la 4e place. Une finale va se jouer à Nice.

Le TFC en cas de descente en Ligue 2 fera des cauchemars et un homme, un seul, hantera les nuits des Toulousains: Stéphane Ruffier. 7 arrêts d'exception en 25 minutes dont un penalty. Ruffier est énorme. On le savait déjà et ce n'est pas la première fois, mais là...Le gardien des Verts était sur un nuage et on se souvient que ses qualités avaient sauté aux yeux avec Monaco un jour où Ruffier ressembla en tous points au Ruffier d'hier, et c'était au Parc des Princes...Il y a déjà quelques années.

« A part Ruffier, le néant »

À part Ruffier? Le néant. Une équipe trop moyenne qui m'avait fait dire il y a quelques temps que l'ASSE était l'équipe la plus faible de celles en lice pour l'Europe. Cela s'est vérifié hier. Un jeu affligeant. Une équipe mangée dans tous les coins du terrain. Où sont les valeurs du maillot? Une fois encore, l'étrange constat se répète. Quand des adversaires potentiels baissent la garde, comme Rennes ou Nice ce week-end, les Verts n'en profitent jamais et ces dernières années n'en n'ont jamais profité. Limitée techniquement, cette formation dont son milieu de terrain tiendrait son rang en Ligue 2 a le don d'énerver ses plus chauds partisans comme vous pouvez le constater.

« Comment se mettre la pression bêtement ? C’est fait ! »

Tout de même, est-il pensable que les Verts ne prennent qu'un point en deux matchs au TFC? On se rappelle à l'aller des coups-francs maudits, d'une agression sur Perrin et du carton rouge de Christophe Galtier, venu pester sur la pelouse. Hier encore, Perrin fut au centre d'un litige, mais il fut logiquement exclu, pour la première fois de sa carrière pour avoir arrêté dans son élan Somalia. Lille relancé, Nice battu mais pas abattu, voilà les deux finales qui attendent les Verts, lors des deux derniers matchs ,où Perrin devrait manquer, sauf clémence extrême de la commission de discipline, pour la réception des Nordistes. Comment se mettre la pression bêtement ? C'est fait !

Comment peut-on imaginer aujourd'hui que ce soit à Nice ou à domicile contre Lille, que cette équipe très moyenne depuis trop longtemps - qui vivote sur des acquis fragiles malgré 6 matchs sans prendre de buts - résister à Ben Arfa et sa bande ou au rusée Fred Antonetti? Si les choses tournaient mal, avec une possible (voir probable) sixième place, il faudrait compter sur un PSG vainqueur en Coupe contre l'OM, pour être européen. Quoiqu'il arrive, c'est le moment de se dire que dans ce cas-là, les Verts n'auront eu que ce qu'ils méritent.

Denis BALBIR

Pour résumer

Accrochée par Toulouse (0-0) à Geoffroy-Guichard, l’ASSE est toujours maître de son destin pour la 4e place. Une finale va se jouer à Nice.