par Alexandre Corboz

Le blog de Denis Balbir : «OGC Nice – ASSE : pas le droit !»

Samedi soir, à neuf contre onze, l’ASSE a concédé une défaite pénible sur la pelouse de l’OGC Nice (0-2) dans la première de ses deux finales pour l’Europe.

Une saison est longue et difficile. Celle des Verts l'aura été évidemment avec 55 matchs joués si on comptabilise déjà le dernier face à Lille, où les Verts joueront gros sur une seule rencontre. Une finale des 38 journées disputées avec une inégalité criante dans tous les domaines sauf un. Mis à part un démarrage délicat, Stéphane Ruffier aura ramené, à lui tout seul, pas mal de points pendant que l'équipe ronronnait au niveau du jeu, perdait des plumes bêtement mais justement, ou gagnait avec un peu de réussite.

On ne va pas ici déjà (ou encore) faire les comptes, mais ce qui est certain, c'est que l'équipe telle qu'elle est, est en fin de cycle dans certains secteurs dont au milieu de terrain où un créateur est demandé assez vite pour alimenter un jeu qui doit être plus flamboyant. Le Mercato d'hiver était là pour la régénérer en cours de route ce qui a été là encore une réussite très partielle. Mais vu l'investissement consenti, il est évident qu'il faudra, notamment pour les deux Norvégiens arrivés de Rosenborg se faire une idée, en début de saison prochaine, sans oublier des jeunes qui frappent à la porte.

« Le manque de maîtrise aura coûté cher au club »

Ce constat étant établi, il est évident que le manque de jugeote des deux défenseurs incriminés à Nice est sérieusement engagé. Ce manque de maîtrise a coûté cher au club qui, en cas de victoire face à Lille, n'est même pas certain d'être quatrième puisque si Nice négocie bien son dernier voyage dans les côtes d'Armor, c'est au goal average que les Azuréens passeront les Verts. Dire que l'équipe de Christophe Galtier faisait jeu égal avec des Niçois peu inspirés samedi soir... Au lieu de celà, c'est un gâchis dans les grandes largeurs.... Pire après avoir perdu 4 points en deux matchs contre Toulouse, Saint-Etienne en aura perdu 6 contre Nice dont la saison aura été exemplaire.

Sans se transformer en procureur même si cela démange parfois et condamner toute forme d'amalgame, il fait bien avouer qu'en s'appuyant uniquement sur les faits, le retour de Franck Tabanou aura été un réel fiasco, puisqu'après un errements défensif coupable à Bale en Europa League ,c'est lui qui se fit bêtement exclure à Nice pour laisser le champ libre aux Niçois tous heureux que la tâche leur soit facilitée à 11 contre ...9, puisque Kévin Malcuit avait précédé son coéquipier dans la colonne « manque de maîtrise ».

« Beric, la seule éclaircie de taille du moment »

La seule éclaircie de taille au moment où enfin le printemps arrive, est le retour de Robert Beric avant cette finale face à Lille. Après avoir tant manqué  aux Verts suite à sa blessure et l'agression dont il fut victime dans le derby, le Slovène revient dans la course avec un but inscrit en CFA2 pour se remettre en jambes.  Si samedi prochain il donnait la victoire aux Verts, Beric - déjà adulé au club - deviendrait un véritable héros… Pour clore la saison par une belle histoire.

Denis Balbir

Supporters STÉPHANOIS, votre APPLICATION 100% Verts est disponible.

La version IOS (iPhone) est disponible sur l’App Store

La version Android (Samsung) est disponible sur Google Play

Pour résumer

Samedi soir, à neuf contre onze, l’ASSE a concédé une défaite pénible sur la pelouse de l’OGC Nice (0-2) dans la première de ses deux finales pour l’Europe.