OL – L’oeil de Denis Balbir : « le Genesio-bashing est injuste, les supporters sont trop gâtés »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Notre consultant ne pouvait pas passer à côté de la semaine noire de l’OL.

« Entre l’élimination en Coupe de France face à Rennes (2-3) et l’humiliation infligée à la maison par Dijon (1-3), l’OL a vécu une semaine catastrophique. Il y a tellement de choses à dire sur l’Olympique Lyonnais et ce qu’il vient de vivre.

A mon sens, et pour la première fois, on a assisté à une erreur de communication au niveau du club. Mardi dernier, on a quand même eu droit à une conférence de presse surréaliste de Jean-Michel Aulas et Bruno Genesio. Comment le président a-t-il pu décider de statuer sur l’avenir de Bruno Genesio le 2 avril, au soir d’une demi-finale de Coupe de France ? Même si Bruno Genesio avait prolongé ce soir-là, était-on sûr que les objectifs seraient atteints ?

On ne peut pas présager de remporter une Coupe avant la finale ou même de finir à la 2e place à huit journées de la fin… Le timing était mal choisi. Même s’il s’en défend, Jean-Michel Aulas s’est mis en difficulté tout seul par rapport à son entraîneur et à l’environnement. Pourquoi ne pas avoir, dès le départ, décidé de reporter la décision en fin de saison ? Il est évident que cette faute de gestion a perturbé le groupe.

«  A sept matches de la fin, l’équipe lyonnaise est complètement perdue »

Cette semaine, on a vu un groupe de l’OL fragile comme rarement avec des joueurs décisifs en grande difficulté. Je pense à Memphis Depay ou Nabil Fekir. Derrière, il y a d’énormes largesses, beaucoup de malchance aussi… Forcément, tous ces petits soucis ont engendré une semaine noire. Bien sûr, au niveau comptable, rien n’est perdu. Heureusement pour Lyon que Lille, qui menait à Reims, n’a pas gagné (1-1).

Malgré tout, il reste sept matches à jouer et l’équipe lyonnaise est totalement perdue. Samedi, on a quand même vu Dijon, qui n’avait plus marqué depuis quatre mois à l’extérieur, se promener sur la pelouse en marquant trois buts. Tout les ingrédients sont réunis pour l’OL finisse la saison traumatisé. Ce sera dur de se relever de ça… C’est maintenant qu’on va voir le mental des jeunes Lyonnais et de leurs leaders.

« La fronde du Groupama Stadium, pas vraiment une surprise »

Une grosse fracture s’est creusée avec les supporters. Bien évidemment que le point de départ de ces tensions était la question de l’avenir de Bruno Genesio. Sur ce cas, je ne varie pas d’un iota mon discours : je pense toujours que le « Genesio bashing » est injuste et que les supporters lyonnais sont beaucoup trop gâtés. Personnellement, la seule chose que je regrette c’est que le désamour pour Genesio se soit collé à toute l’équipe alors que l’OL est toujours en phase avec ses objectifs pour jouer la prochaine Ligue des Champions.

Est-ce que la fronde du Groupama Stadium à la fin du match de Dijon me surprend ? Oui et non. Voir des supporters se retourner quand leur équipe joue mal, ça arrive partout… C’est quand même rare de voir un public calme qui accepte la défaite. Je déplore simplement l’acharnement sur l’entraîneur. Un entraîneur qui, du fait de l’erreur de communication dont on a parlé plus tôt, n’a plus beaucoup de chance d’être encore là l’an prochain. Il y a quelques jours, Bruno Genesio était proche d’une reconduction de deux ans. Aujourd’hui, on se demande qui va le remplacer… »

Recueilli par Alexandre CORBOZ