OL – L’oeil de Denis Balbir : « Les supporters s’exprimeront-ils aussi fortement qu’avec Genesio ?»

true

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Incapable de gagner depuis quatre matches, l’OL a chuté contre le PSG (0-1). Notre consultant réagit.

« Cette défaite à la maison de l’OL face au PSG (0-1) montre surtout une chose : Lyon devient réellement une équipe moyenne. Comme je l’avais déjà dit après le match nul en Ligue des Champions, Bruno Genesio aurait des raisons d’avoir le sourire dans son coin. Le sourire, je ne pense pourtant pas qu’il l’ait depuis son club en Chine. En pur Lyonnais, il doit surtout être déçu, comme tout supporter lambda, de voir les résultats de son club de cœur. Dimanche soir, Paris a pris le large sur Lyon et laissé le club rhodanien dans ses doutes du moment.

«  J’ai vu un onze timoré, recroquevillé sur ses buts »

Même si le PSG a aussi réalisé un très bon match compte-tenu de son nombre important d’absents et qu’il ne faut galvauder cette semaine à enchaîner les « exploits », c’est surtout l’OL qui devient réellement quelconque. Face à Paris avec Neymar pour seule grande star, j’ai encore vu une équipe très faible, sans idée, ni folie, ni imagination… J’ai eu l’impression de voir une petite équipe, un club fébrile et craintif cherchant à blinder le 0-0. Par le passé, l’OL face à Paris, ce n’était pas ça. Lyon se transcendait, enflammait son stade… Où était l’envie de se taper le favori dimanche soir ? Je ne l’ai pas vu. J’ai vu un onze timoré, recroquevillé sur ses buts.

« Sylvinho peut avoir chaud lors de la trêve d’octobre »

Je redoute vraiment que Lyon connaisse un parcours sans éclat cette saison. Maintenant les supporters s’exprimeront-ils autant et aussi fort qu’ils l’ont fait à l’époque Genesio où l’OL était un inconstant 2e ou 3e de Ligue 1 ? Là, c’est un peu différent car il y a le paratonnerre Juninho. Mais qu’on ne vienne pas me dire que les critiques de l’an passé était objective et n’avaient rien à voir avec un délit de sale gueule… Ce qui se passe actuellement, c’est une bonne leçon pour les fans rhodaniens et pour tout le club.

Avec Leonardo Jardim à Monaco et Ghislain Printant à Saint-Etienne, Sylvinho se retrouve sur la sellette. Même si ce n’est pas dans la politique maison de changer les choses en cours de saison, je ne sais pas si le président Aulas aura la patience qu’il a eu avec d’autres… Je pense que Sylvinho peut avoir chaud lors de la trêve d’octobre si les résultats ne s’améliorent pas. Je suis quand même choqué de voir son Lyon déjouer de la sorte. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ