OL, PSG, LOSC, ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Lyon l’outsider des 8es, Paris peut être serein »

true

Chaque vendredi suivant une journée de Coupe d’Europe, Denis Balbir donne son avis sur les prestations des clubs français.

« Pour trois de nos cinq clubs engagés, la messe était déjà dite lors de cette 6e journée de phase de groupe. Le LOSC a perdu à Chelsea (1-2) qui jouait sa qualification. C’était couru d’avance. Rennes a battu la Lazio (2-0), éliminé les Italiens et fait plaisir à son public. En glanant le seul succès français en phase de groupe, les Bretons ont montré qu’ils étaient capable de se dépouiller un minimum pour l’Europe.

Ce ne fut pas le cas de Saint-Etienne à Wolfsbourg (0-1), qui est resté dans la lignée du néant affiché jusque là dans la compétition. Les Verts ont rendu une copie peu aboutie, avec deux blessés à déplorer et 800 supporters qui ont fait le déplacement pour rien. De toute façon, on savait qu’ils étaient éliminés. Maintenant, il faut construire au niveau national et faire en sorte que ce désastre européen soit une bonne leçon pour l’avenir.

« Dommage qu’un club français si performant soit soutenu par autant d’abrutis »

Venons-en maintenant aux deux gros morceaux : Lyon et Paris, nos deux représentants désignés pour sauver ce qui peut l’être de l’indice UEFA de la France. Mardi soir, l’OL s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions grâce à son match nul arraché face à Leipzig (2-2). Ce fut dur mais, au final, l’OL verra la seconde phase et c’est tout ce qui compte. Depuis plus de 30 ans, le bilan européen de Lyon force le respect. Effectivement, l’équipe n’a pas survolé sa phase de groupe. Même face à un Red Bull déjà qualifié, on a vu un OL avec de nombreuses carences. Contrairement à certaines années, Lyon n’est plus porté par des individualités incontournables comme Alexandre Lacazette, Corentin Tolisso ou Nabil Fekir mais d’autres prennent le relai sporadiquement.

Au delà du sportif, ce qui me dérange le plus ce sont les agissements des supporters et le possible huis-clos pour le tour suivant. Je ne sais pas si on peut qualifier certains individus de supporters. A Lyon, c’est presque devenu une spécialité. Après Puel et Génésio, c’est Marcelo qui essuie les foudres. Ces gens se disent supporters de Lyon, avoir le club dans le sang et être prêts à tout pour le défendre. Effectivement, ils sont prêts à tout… Même à être complètement idiots. C’est dommage qu’un club français aussi performant depuis aussi longtemps en Europe soit soutenu par autant d’abrutis.

Comment peut-on s’en prendre à des joueurs venant de se qualifier ? Comment peut-on agresser son capitaine ? Comment peut-on lyncher un défenseur, aussi mauvais soit-il ? De quel droit les supporters peuvent se manifester ainsi ? D’une manière générale, les supporters en France veulent de plus en plus faire la loi, mettent de plus en plus la pression sur des clubs et leurs dirigeants. Cette attitude est inadmissible.

« Le PSG peut aborder le tirage avec plus de sérénité »

Pour revenir sur une note plus joyeuse, parlons du PSG qui a conclu sa phase de groupe quasi parfaite avec un beau succès face à Galatasaray (5-0). Tout roule à Paris à part les blessés. Neymar a fait un très gros match. Cavani a marqué. Tout le monde dit que Mbappé a pris la grosse tête mais, sur la réception des Turcs, on a vu qu’il s’éclatait dans cette équipe. Sans doute que le Champion du Monde doit travailler sur son attitude et ne plus avoir le type de réactions entraperçues à Montpellier, mais n’oublions pas qu’il file tout juste sur ses 21 ans. Mercredi, sa prestation a été géniale… A l’image de sa talonnade pour Neymar. On sent que, comme Messi ou Ronaldo, c’est quelqu’un qui a l’amour du foot. Avec son attaque mitraillette, le PSG a soigné la manière avec ce quasi sans faute en phase de poule.

Maintenant on va attendre le tirage de lundi avec impatience. Bien évidemment, Paris – qui est beaucoup mieux armé que Lyon – peut aborder le tirage avec plus de sérénité malgré les noms ronflants de certains seconds de groupe (Atletico Madrid, Borussia Dortmund, Tottenham…).

Si l’infirmerie de Thomas Tuchel se vide un peu, ce PSG peut aller loin dans la compétition. Pour l’OL, quel que soit l’adversaire, il faudra faire un exploit. Sur ce qu’il montre depuis le début de saison, ce Lyon est l’outsider des huitièmes de finale. D’ici à février, il y a encore le temps pour trouver d’autres valeurs et d’autres qualités. Malheureusement, ce n’est sans doute pas dans l’ambiance actuelle qu’un collectif va se créer… »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008