PSG – La chronique de Denis Balbir : « La victoire face à Nantes, un beau symbole de ce Paris »

PSG – La chronique de Denis Balbir : « La victoire face à Nantes, un beau symbole de ce Paris »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de Ligue 1. Retour sur le dernier match de l’année du PSG face au FC Nantes (1-0).

« Le PSG a fini l’année sur un court succès face au FC Nantes (1-0). Paris a assuré le service minimum en pensant déjà à la trêve. Mais Paris a surtout gagné et c’est toute la force du PSG : se passer volontairement de joueurs comme Neymar, concerner les remplaçants et les jeunes mais parvenir malgré tout à faire tourner le compteur points. Ce but de Kylian Mbappé, qui s’arrache pour tacler un ballon dans le but de Tatarusanu est symbolique de ce Paris qui ne veut rien lâcher. Cela valide un début de saison extraordinaire.

«  Quand on voit le bilan, on ne peut que les couvrir de louanges »

Le club a trouvé, en la personne de Thomas Tuchel, un entraîneur qui a amené une osmose et un état d’esprit nouveau. Il arrive à gérer les egos des uns et des autres, fait des cadeaux à certaines de ses stars comme Neymar tout en gardant une équipe compétitive sur tous les tableaux. Il y a une vraie gestion intelligente des cas particuliers. C’est l’année du coach et cela peut aussi être l’année de ce club en Ligue des Champions. Je trouve ce Paris très séduisant à tout point de vue.

Il y a beaucoup d’efficacité, de réalisme et d’abnégation. Le PSG écrase la Ligue 1, le PSG est en huitièmes de finale de la Ligue des Champions et on attend avec impatience qu’il élimine Manchester United. Quand on voit le bilan, on ne peut que les couvrir de louanges. Bravo au PSG d’avoir su se remettre en questions, notamment en Ligue des Champions où c’était pourtant mal parti.

« Je ne vois que deux bémols »

Pour l’instant, je ne vois que deux bémols. Un bémol sur le présent avec la gestion du cas Rabiot, un gros échec pour la direction du club, et un bémol à venir entre Areola et Buffon si le club ne clarifie pas rapidement le statut de l’un par rapport à l’autre. Concernant Rabiot, c’est un gâchi, LA tâche du début de saison. Je pense pas que la responsabilité soit uniquement celle du PSG. Le joueur et son entourage n’ont pas aidé. En tout cas, Paris a perdu un joueur important. Mais ce ne sont que deux petites ombres sur un tableau idyllique. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ

Rejoignez notre chaîne But! Football Club pour encore plus de contenus sur le monde du ballon rond.