PSG, OL – L’oeil de Denis Balbir : « Paris sur une autoroute, Lyon face à un gros plateau »

true

Chaque semaine, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Retour sur le tirage au sort du « final 8 » de la Ligue des Champions qui concerne le PSG et l’OL.

« Le « final 8 » de la Ligue des Champions est connu depuis vendredi dernier. Le tableau de Lyon me semble compliqué. Déjà, pour accéder à la phase finale à Lisbonne, il faudra faire un résultat à Turin. Les hommes de Rudi Garcia partent avec un avantage (1-0) à conserver. Mais la suite me paraît quasiment insurmontable avec tous les grands d’Europe du même côté du tableau. Ne serait-ce que l’éventuel quart de finale à jouer face à Manchester City ou au Real Madrid avant une très hypothétique demi-finale contre le Bayern, le Barça, Naples ou Chelsea…

Dans cette partie du tableau, l’OL fait figure d’outsider absolu. La chance des Lyonnais c’est qu’ils n’auront rien à perdre et joueront leur avenir européen à chaque fois sur un seul match, comme en Coupe de France. C’est le mythe du petit face au gros. La magie de la Coupe. Tout reste possible. Face à City par exemple, Lyon aura l’ascendant psychologique pour les avoir battu l’an dernier à l’Etihad. Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours. Les protégés de Jean-Michel Aulas n’ont pas encore éliminé la Juve. C’est le premier exploit qu’il faudra créer pour rêver à plus.

« Ne pas prendre l’Atalanta comme une formalité »

Concernant le PSG, sur le papier c’est une autoroute pour la finale. Certains pensent déjà que l’Atalanta Bergame était le tirage le plus favorable. Presque une formalité. Ce n’est évidemment pas comme ça qu’il faut le prendre. L’Atalanta n’est pas le plus connu des adversaires européens mais c’est l’équipe en forme en Italie. Bergame est un super club formateur qui marque énormément de buts avec des joueurs excellents comme Zapata ou Illicic. Il faudra vraiment se méfier d’eux. Encore plus sur un seul match.

Dans les tours finaux de la Ligue des Champions, on sait comment fonctionne Paris. La chance du PSG, c’est que l’Atalanta est friable défensivement et vu le potentiel offensif des Neymar, Mbappé, Di Maria et Icardi, cela peut faire très mal. Quand on a l’ambition et l’effectif de Paris, on se doit viser la finale de la compétition. Si le PSG a une chance de la gagner, c’est bien cette saison. Mais cette phrase, on l’a tellement répété d’année en année, quand ils ont mis 4-0 au FC Barcelone, quand ils sont allés se qualifier à Chelsea… Cette fois-ci, avec la physionomie du tableau et le fait que ça se joue sur un seul match, c’est sans doute la meilleure saison pour que Paris parvienne à franchir enfin le cap. »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008