par Bastien Aubert

PSG - ASSE : Tuchel garde 3 zones d’ombre contre les Verts

La balade du PSG contre Waasland-Beveren (7-0), a apporté quelques éclairages. Thomas Tuchel garde des doutes contre l’ASSE en finale de la Coupe de France le 24 juillet.

Avec quel latéral gauche ?

Certes, le PSG a encore un match amical contre le Celtic Glasgow mardi avant la finale de la Coupe de France contre l'ASSE mais le poste de latéral gauche est en jachère. « Je connais beaucoup de gars de mon onze pour Saint-Etienne, mais j’ai pas encore le onze complet », a d’ailleurs reconnu Thomas Tuchel hier soir. Et pour cause : Juan Bernat pourrait manquer le Stade de France en raison d'une gêne musculaire. « Cela va être très court pour lui », a pesté le coach allemand. « Une présence de Bernat sur le terrain au coup d'envoi de la finale semble peu probable », confirme RMC Sport. En cas d’absence de son latéral gauche espagnol, le PSG devra sans doute s'appuyer sur Layvin Kurzawa, présent contre Waasland-Beveren et remplacé par le jeune Timothée Pembélé.

Avec une défense à 3 ou à 4 ?

Après Presnel Kimpembe dimanche, c’est Thiago Silva qui a démarré hier avec le brassard. Face au Celtic, il ne serait pas surprenant que ce soit le duo Silva-Kimpembe qui débute afin que les trois charnières (avec Marquinhos) aient pu évoluer ensemble un laps de temps équivalent avant d’affronter l’ASSE. Pour Tuchel, les trois centraux sont très proches. « Ils sont au très haut niveau. Si on joue à deux défenseurs centraux, je dois choisir. Qui est le plus fort ? Ce sera en fonction des sentiments lors des derniers jours avant le match. Les trois sont du même niveau. C’est nécessaire d’avoir ces trois défenseurs pour atteindre nos objectifs », a observé le coach du PSG.

Avec quels supporters au SDF après de tels écarts ? 

Le CUP a fait savoir qu’ils ne feraient pas le déplacement au SDF pour encourager le PSG face à l’ASSE. On peut déjà se demander quel genre de supporters garniront les travées de l’enceinte dionysienne... s’il doit y en avoir. Hier, ce fameux CUP était en effet en roue libre dans les gradins du Parc des Princes en oubliant les mesures sanitaires en vigueur dans les stades : port du masque obligatoire et distanciation sociale. Rien n’a été respecté et ces écarts pourraient être un coup fatal à l’assouplissement de la jauge fixée à 5000 spectateurs. « La vision de ces scènes a crispé autant la FFF que le LFP, qui se démènent en coulisses auprès des pouvoirs publics pour que plus de monde puisse rapidement venir dans les enceintes sportives, remarque L’Équipe. Même les dirigeants du PSG ont été contrariés. »