Gérard Houllier répond sèchement à Nicolas Anelka

Dans son livre autobiographique Je ne marcherai jamais seul, Gérard Houllier a livré ses vérités sur le monde du football, balançant quelques missiles qui ont piqué au vif Raymond Domenech, David Ginola… Ou encore Nicolas Anelka.

Depuis Mumbai en Inde où il est entraîneur-joueur, l’attaquant de 36 ans a répondu avec véhémence au brûlot d’Houiller et notamment sur la raison pour laquelle il a vraiment quitté Liverpool. Non, le clan Anelka ne l’a pas vendu au plus offrant contrairement à la version avancée par l’ancien DTN : « On avait déjà trouvé un accord et tu ne voulais pas voir mes frères. On s’est vu avec mon frère Claude seulement et mon avocate. On avait trouvé un accord, je voulais signer, les fans le voulaient, comme le président, les autres joueurs aussi. Toi, tu avais autre chose en tête. Après, il y a eu la rumeur Arsenal. Oui, effectivement, Arsenal a vu que tu ne prenais pas position sur mon transfert donc ils se sont renseignés ».

Choqué par la phrase d’Houllier sur ses frères (« pour la première et seule fois de ma vie, j’ai vu des Noirs rougir »), Anelka l’a clairement traité de raciste : « Caractère raciste, mais c’est pas la première fois. (…) Tu es coutumier du fait. Ça n’est pas la première fois que tu parles des noirs. Tous les joueurs anglais et les étrangers voulaient prolonger. Ce que tu as autorisé avec réévaluation sur leur contrat. Quand les joueurs de couleur noire venaient te voir dans ton bureau. Tu disais : « Non, vous les noirs quand on vous donne de l’argent, vous ne foutez plus rien. Ça va te retomber dessus, tant pis pour toi. Ce n’est pas la première fois. Je sais tout aussi sur toi. »

Gerard Houllier a réagi tard samedi soir et a formellement démenti ses propos. « C’est absolument risible et ridicule, je n’ai jamais, jamais dit ça, a-t-il déclaré. C’est faux et archi-faux, je conteste formellement, c’est une grave calomnie. Je défie quiconque de dire que je suis raciste avec le nombre de joueurs noirs avec lesquels j’ai eu la chance de travailler. Abidal, Diarra, Essien et tant d’autres, vous leur demanderez. Je vais voir si je donne des suites judiciaires », a ajouté celui qui est actuellement directeur mondial football du groupe Red Bull.