Equipe de France : Knysna, Domenech, l'Equipe...Nicolas Anelka balance tout
par butfootballclub

Equipe de France : Knysna, Domenech, l'Equipe...Nicolas Anelka balance tout

Dans le documentaire qui lui est consacré sur Netflix, Nicolas Anelka, l'ancien attaquant de l'équipe de France, revient sur l'épisode de Knysna.

C'est le moment tant attendu pour tous les fans de Nicolas Anelka. Le jour de la diffusion, sur Netflix, du long documentaire (Anelka l'incompris) qui lui est consacré et au cours duquel l'ancien attaquant du PSG et de l'équipe de France, notamment, revient sur le pitoyable épisode de Knysna.

Après un match nul face à l'Uruguay (0-0), lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, Anelka s'accroche avec son entraîneur, Raymond Domenech, à la mi-temps du duel contre le Mexique, finalement perdu par les Bleus (0-2). Selon le quotidien l'Equipe, qui en avait fait sa Une, le joueur aurait alors traité son coach de "fils de....". Pour Netflix, l'attaquant livre une toute autre vérité.

"Cette Une là, avec des gros mots comme ça, je trouve ça extraordinaire. Ça n'arrivera plus."

"Je rentre frustré dans le vestiaire. Je réfléchis, je suis en train de me dire: 'Je n'ai aucun ballon, je ne trouve pas la solution, on n'arrive pas à jouer, il y a encore 0-0 et on n'a pas encore marqué de but'. Tout à coup, le coach rentre et il sort mon nom. Quand il sort mon nom, avec toute la frustration qu'il y avait déjà avant, c'est sorti parce que je n'admets pas que tu sortes mon nom comme si j'étais le fautif(...) C'est une très grosse erreur, il doit savoir que la frustration est là. Il doit savoir qu'à l'intérieur, je suis un volcan. Quand je regarde mon téléphone et que je vois les propos qu'on me prête, je me dis: 'Attends, mais il y aura marqué ça là, c'est pour de vrai ? T'insultes la mère d'un coach, ce n'est pas tous les jours. Là, tu l'as mis en Une. Ils ont été dans l'étape au-dessus(...)Les gens qui me connaissent savent très bien que si j'avais dit ce qui est sorti dans la presse, j'aurais assumé. J'ai toujours assumé tout ce que j'ai dit et tout ce que j'ai fait (...) Quand tu vois le photomontage, on a presque l'impression que je veux me battre avec lui. Alors qu'il était loin de moi. Moi, je suis assis. Il me parle et je lui réponds. Ça a duré dix secondes (...) Ils se sont permis beaucoup de choses avec moi. Cette Une là, avec des gros mots comme ça, je trouve ça extraordinaire. Ça n'arrivera plus."