par nicolas.breton

Équipe de France : les 4 raisons de la débâcle en Albanie (1-0)

La défaite face à la Belgique dimanche dernier (3-4) n'était pas un accident : l'équipe de France s'est à nouveau inclinée ce samedi sur la pelouse d'une modeste sélection albanaise (1-0).

Preuve que le mal est profond. Et les raisons de s'inquiéter nombreuses.

Une motivation en berne

On peut comprendre que disputer un match amical en Albanie alors que la saison est terminée ne soulève pas un grand enthousiasme au sein de la formation tricolore. Mais afficher un tel manque d'entrain a quand même de quoi agacer. Surtout que les Bleus, rapidement menés au score, savaient à quelle déroute ils s'exposaient et ont eu le temps de réagir. Mais de réaction, il n'y eut pas : une seule occasion franche dans le match, qui dit pire ?

Deschamps, des choix contestables

Le manque de motivation a bon dos, mais il n'explique pas à lui seul l'incapacité des coéquipiers de'Hugo Lloris a créer du jeu. Contre les Belges, Didier Deschamps a commis l'erreur de faire confiance à des joueurs éreintés (Matuidi ou Griezmann). En Albanie, il s'est privé de Nabil Fekir et Paul-Georges Ntep au coup d'envoi, alors qu'on sentait bien après leur entrée en jeu au Stade de France qu'eux seuls pouvaient apporter du dynamisme.

Une équipe dépendante de ses stars

Karim Benzema conte fleurette à Rihanna et Paul Pogba se remet de sa finale de Ligue des champions perdue avec la Juventus. C'est donc sans eux que l'équipe de France a affronté les Diables Rouges, puis les coéquipiers de Lorik Cana (Pogba est entré à la pause). Le résultat de ces deux rencontres en dit long sur les limites de l'effectif tricolore sans ses stars. D'autant que Raphaël Varane, l'autre membre de la colonne vertébrale, déçoit en ce moment.

Les jokers ont déçu

Eux avaient pourtant toutes les raisons d'être motivés : ces deux rencontres leur offrait l'occasion de gravir les échelons en Bleu. Hélas, qu'il s'agisse de Dimitri Payet, sorti dès la pause ce samedi et décidément incapable, comme en club, de franchir le cap qui sépare l'artiste intermittent du véritable leader technique, ou d'Alexandre Lacazette, pas plus en vue dans l'axe qu'à droite, les jokers ont déçu. Sans oublier Trémoulinas, Koscielny, Giroud...

Pour résumer

La défaite face à la Belgique dimanche dernier (3-4) n'était pas un accident : l'équipe de France s'est à nouveau inclinée ce samedi sur la pelouse d'une modeste sélection albanaise (1-0).

nicolas.breton
Article écrit par nicolas.breton