Islande – France (0-1) : les quatre enseignements d’une victoire longue à se dessiner

false

L’équipe de France a assuré l’essentiel en s’imposant sur la pelouse de l’Islande (1-0). Une victoire qui les rapproche de l’Euro 2020.

Une très belle affaire comptable

Avant les deux matchs de cette trêve internationale, l’équipe de France connaissait le deal. Deux victoires associées à au moins un faux-pas de l’Albanie enverraient directement les Bleus à l’Euro 2020. Ce jeudi soir, une bonne partie du travail a été accompli. Les joueurs de Didier Deschamps, entre leur victoire et la défaite de l’Albanie en Turquie, savent qu’en cas de victoire contre ces derniers lundi, la qualification sera officiellement assurée.

Une absence de Kanté qui n’a pas pesé

Alors que N’Golo Kanté était attendu au milieu de terrain aux côtés de Corentin Tolisso, le milieu de Chelsea a été touché à l’échauffement et a dû laisser sa place. Moussa Sissoko l’a remplacé sans que cela n’handicape vraiment les Bleus. Sur un plan défensif, les hommes de Didier Deschamps ont réalisé un match très sérieux à l’image de la charnière Lenglet – Varane. Opta a d’ailleurs souligné que la France n’a pas pris de but en première période sur huit de ses neuf derniers matchs. Une belle base de solidité.

 

Olivier Giroud répond toujours présent

Alors qu’il ne joue quasiment jamais à Chelsea et que Didier Deschamps n’a d’ailleurs pas caché son inquiétude, Olivier Giroud a encore montré qu’il savait être décisif en Bleu. Certes, c’est sur penalty que le numéro 9 français a marqué son 37e but sous le maillot de l’équipe de France. Mais il n’a pas tremblé et ce but récompense surtout un match où Giroud n’a pas chômé. Avec un nombre de duels remportés très importants, l’attaquant a beaucoup pesé sur une charnière islandaise pourtant habituée aux combats rugueux.

Griezmann retrouve de l’allant loin du Barça

Au cœur d’une première saison compliquée au FC Barcelone où il ne trouve pas franchement sa place, Antoine Griezmann a retrouvé de l’oxygène avec les Bleus. Plus libre dans son positionnement, l’attaquant du Barça a démontré une nouvelle fois son énorme activité, tant offensivement que défensivement. C’est d’ailleurs lui qui a obtenu le penalty que Giroud a transformé, Griezmann étant contraint de se remettre du coup reçu sur l’action. Avec cet abattage, même un Griezmann dans le doute en club reste indispensable aux Bleus.

Maxime Tauzin

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014