FC Barcelone, PSG – Mercato : pourquoi Messi ne forcera pas son départ devant la justice
Lionel MessiCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DECRYPTAGE

FC Barcelone, PSG – Mercato : pourquoi Messi ne forcera pas son départ devant la justice

Face à l'intransigeance du FC Barcelone concernant ses vélléités de départ, Lionel Messi va devoir faire un choix dans les prochaines heures : accepter de rester ou forcer la résiliation de son contrat. La deuxième option, sur terrain judiciaire, paraît difficilement envisageable.

Si Lionel Messi (33 ans) avait opté pour la manière forte afin de forcer son départ du FC Barcelone, la Pulga pourra difficilement aller plus loin que sécher la reprise de l'entraînement et demander une entrevue à Josep Maria Bartomeu pour forcer son départ.

Sous contrat jusqu'en juin 2021, le sextuple Ballon d'Or disposait bel et bien d'une clause pour partir libre cet été mais il n'ira sans doute pas, malgré le soutien de ses avocats (qui étaient jusqu'à il y a peu ceux du Barça) jusqu'au terrain judiciaire pour faire valoir son droit au départ.

Sûr de son fait, Josep Maria Bartomeu s'est d'ailleurs montré très clair hier avec le père et agent du joueur Jorge Messi : si l'astre argentin veut partir cet été, il faudra qu'un club paie sa clause libératoire à 700 M€. Sinon il faudra que Léo Messi honore son bail jusqu'à terme. En attendant le Barça a lancé sa campagne marketing autour de la vente de ses nouveaux maillots avec sa star en tête de gondole. Comme si de rien n'était, comme s'il ne risquait rien.

En même temps, le poker menteur tourne largement en faveur de l'institution. Il existe au moins trois bonnes raisons à ce que Messi revienne sur ses vélléités de départ et attende encore un an. Décryptage.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC BARCELONE

Il n'a pas le soutien de la Liga

S'il existait effectivement une clause de départ dans son contrat, celle-ci était sous conditions et est arrivée à échéance au 30 juin. Date de la fin théorique de cette saison 2019-20 post-Covid qui s'est étirée un peu plus dans le temps.

Si Lionel Messi cherche à jouer sur ce point et utilise avec ses avocats le vide juridique créé par les évènements exceptionnels du coronavirus, il vaut mieux que du côté des instances on soit derrière lui. Or, ce n'est clairement pas le cas.

Conscient du manque à gagner économique et de l'éventuel préjudice d'images et de notoriété qu'un départ de Messi aurait sur son championnat, Javier Tebas, le patron de la Liga, a déjà choisi son camp. Il défendra mordicus les arguments du FC Barcelone et fera tout, comme lors du départ de Neymar en 2017, pour mettre des bâtons dans les roues aux projets de Messi loin d'Espagne.

Il n'a pas le soutien d'une institution forte pour l'accueillir

Si Lionel Messi veut se lancer dans un bras de fer plus musclé avec le Barça, il lui faudra forcément un parachute dorée : ce grand club prêt à l'accueillir, à lui garantir son avenir mais également à le défendre devant l'UEFA et la FIFA face aux nombreux recours que les Blaugranas tenteront (forcément) de poser contre lui.

On le sait aujourd'hui : le PSG ne se mêlera probablement pas à la lutte. Trop risqué. L'Inter Milan n'a pas forcément les épaules pour suivre. Manchester City, qui a déjà fait face et battu l'UEFA devant le TAS, a la stature... Mais pas spécialement la motivation malgré le grand respect et l'affection de Pep Guardiola pour son ancien chouchou.

En rentrant frontalement au clash avec le Barça, Lionel Messi s'est exposé. Du côté des Citizens, on n'a pas saisi publiquement la main tendue. Si une voie officielle s'était élevée en Angleterre, cela aurait pu donner du courage à Messi pour aller plus loin mais ce n'est pas le cas...

Il mène une guerre contre Bartomeu, pas contre le Barça

Si Lionel Messi veut partir du FC Barcelone, c'est d'abord parce qu'il ne se reconnaît plus dans le projet mené... Mais aussi parce que ses relations avec son président Josep Maria Bartomeu sont exécrables. Elles avaient même largement empirée avec l'affaire I3 Ventures, cette société que la direction avait payée et qui s'était permise de créer des faux comptes Twitter dénigrant les stars actuelles et passées du Barça, Lionel Messi et son entourage en tête.

Pour Messi, l'idée première de ce clash avec le FC Barcelone était de partir proprement afin de pouvoir revenir. Soit dans l'après-carrière, soit en tant que joueur dans un ou deux avec un changement de coach ou de direction. Or, s'il va en justice aujourd'hui, la Pulga attaquera l'institution qu'il chérit... Avec le risque de ne plus jamais pouvoir y remettre les pieds par la suite. Un extrême auquel Messi ne veut pas réellement penser.