FC Nantes : délation, suspicions... C'est la crise à tous les niveaux chez les Canaris !
Waldemar KitaCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
REVELATIONS EXPLOSIVES

FC Nantes : délation, suspicions... C'est la crise à tous les niveaux chez les Canaris !

Si le limogeage de Christian Gourcuff est le point d'orgue de la crise qui agite le FC Nantes, c'est aussi le feu du côté de la Jonelière.

Si la crise sportive du FC Nantes a été fatale à Christian Gourcuff après le naufrage contre le RC Strasbourg (0-4), la situation dans les bureaux de la Jonelière ne serait pas bien meilleure. Dans sa dernière édition, Presse Océan fait quelques révélations sur l'ambiance délétère en interne. Il faut dire qu'entre peur de la délation et rivalité intestine, il n'est pas simple de travailler chez les Canaris actuellement.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

Le clan Kita a divisé les salariés

Sous couvert de l'anonymat, un salarié témoigne : « L’ambiance ? Elle est tout simplement pourrie. Chacun se regarde en chien de faïence, préférant se taire pour ne pas être dénoncé par certains, protégés, qui remontent tout à la direction. Sans parler de conflits entre les différents secteurs… »

Il n'y a en effet pas qu'entre le sportif, le médical et le centre de formation que le bât blesse : « Selon l’expression consacrée, ça se tire dans les pattes voire ça ne se parle plus. Carrément. Certains, dans les petits papiers de Waldemar Kita contrairement à d’autres « petites mains » qui ont pris la porte cet été, prenant une place de plus en plus importante au lieu de rester bien sagement à leur place », écrit le média, décidé à ne plus masquer les tensions internes.

Le sérieux des joueurs remis en doute

Autre révélation, sur les joueurs cette fois-ci, un manque de professionnalisme flagrant : « « Dans le lexique du petit Canari, version 2020-2021, le mot hygiène de vie ne figure pas en très bonne place… Entre footing nocturne durant le premier confinement, conduite sportive et soirées festives, la panoplie est large », poursuit Presse Océan, qui milite pour l'arrivée d'un entraîneur de poigne pour « remettre de l’ordre dans la Maison jaune, lézardée de toutes parts ».