FC Nantes : Simon, l'ASSE, l'arbitrage, son avenir... Gourcuff joue franc-jeu
Christian GourcuffCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
CONF' DE PRESSE

FC Nantes : Simon, l'ASSE, l'arbitrage, son avenir... Gourcuff joue franc-jeu

Présent en conférence de presse à deux jours de FC Nantes – ASSE (dimanche, 17 heures), Christian Gourcuff a balayé l'actualité des Canaris.

Le point santé

« Baptista Mendy n'est pas positif au Covid mais il est cas contact et donc mis à l'écart avant un test lundi, par mesure de précaution. L'autre absent, c'est Imran Louza qui purge son dernier match de suspension. On enregistre les retours de Marcus Coco et de Fabio pour Saint-Etienne ».

Sur les difficultés des latéraux

« Il y a des postes où il y a plus de concurrences, d'autres où il en a moins. Je ne veux pas rentrer dans les cas individuels. A Monaco, on a beaucoup pêché collectivement. Le début de saison a été très particulier, perturbé par une fin de préparation délicate. On ne peut pas tirer de conclusions après trois matches (…) Au milieu, des joueurs comme Mehdi (Abeid) ou Abdou (Touré) ont aussi été pénalisé par l'absence d'entraînement pendant trois semaines. C'est aussi pour ça que je dis qu'on est sur un début de saison particulier ».

Sur la méforme de Moses Simon

« Parce que je le tiens en haute estime, je me permet de dire que Moses Simon a été un peu en dedans à Monaco. Il n'y a pas de raisons physiques. Il était moins bien. C'est tout. Mais Simon a été très intéressant cette semaine. J'espère qu'il confirmera dimanche ce qu'il a fait l'entraînement (…) Il ne faut pas focaliser la défaite de Monaco sur Moses Simon. Je suis très confiant qu'on voit le vrai Simon dimanche ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU FC NANTES

« Avec le président, la confiance est réciproque »

Sur Randal Kolo Muani

« Randal doit confirmer mais ça fait deux matches qui confirment ce qu'on pensait de lui. Il a aussi été perturbé par son absence pour cause de Covid. C'est pour ça que je l'avais envoyé un peu avec la N2 pour qu'il trouve le rythme avant de le lancer (…) Il confirme toutes ses qualités. Comme c'est un jeune joueur, il a encore une marge de progression. A lui de garder la tête froide. Les choses ne sont pas encore acquises. On va encore l'accompagner ».

Sur l'ASSE leader de L1

« A Marseille, Saint-Etienne a mis beaucoup d'intensité dans le pressing, dans les courses. J'avais déjà vu ça contre Strasbourg. En Ligue 1, vous avez beau avoir une qualité technique supérieure. Si vous n'avez pas l'intensité dans les courses, il est difficile de rivaliser ».

L'ASSE déjà outsider pour le haut de tableau ?

« On est à trois journées. On va attendre. Mais je pense qu'on aura un championnat plus resserré où tout le monde peut battre n'importe qui. Je pense qu'il y aura une hiérarchie moins établie. Le contexte fait des différences. Cette année, on verra plus de victoires à l'extérieur. La notion « domicile - extérieur » est très diminuée avec les huis-clos partiels ».

Sur son souci avec l'arbitrage

« Je constate que les matches ne se finissent pas souvent à onze contre onze. Il doit y avoir de nouvelles directives de l'arbitrage. On ne les a pas eu. En tout cas, ce que je constaste, c'est qu'il y a une justice à deux vitesses. Imran a été suspendu pour un truc incroyable l'an passé. Sur un match dont on n'aurait même pas dû parler et pour être entré sur le terrain au chevet de son copain qui avait la jambe brisée. Cette saison, il a un mauvais réflexe contre Nîmes. Je ne discute pas de l'expulsion mais ça lui vaut deux matches et un sursis. Je vois des choses dans d'autres matches qui sont beaucoup plus graves. Mais c'est juste un constat (…) Je ne suis pas là pour demander que les Parisiens et les Marseillais soient sanctionnés plus durement mais je fais le constats entre les évènements ».

Sur son président qui souhaite le prolonger

« Cela me fait plaisir que le président m'accorde sa confiance. La confiance est réciproque. Moi, je terminerais ici. Je ne me pose pas la question. Ce n'est pas une obsession des deux côtés. Est-ce que je peux continuer une saison ? On va voir... Pour l'instant, je tiens encore debout. On verra ».