FC Nantes : Jérôme Rothen torpille Raymond Domenech, Riolo hallucine devant la gestion de Kita
Raymond DomenechCredit Photo - Icon Sport
par Mathias Merlo
ANALYSE

FC Nantes : Jérôme Rothen torpille Raymond Domenech, Riolo hallucine devant la gestion de Kita

Sur RMC, Rothen a affirmé que Domenech avait des méthodes dépassées. Riolo s’est dit surpris devant l’éviction aussi rapide de l’ex-sélectionneur des Bleus.

Zapping But! Football Club FC Nantes : nos voeux pour les Canaris en 2021

Tard dans la soirée, le FCN a officialisé le limogeage de Domenech et l’intronisation de Kambouaré. L’éviction de l’ex-sélectionneur des Bleus n’est pas une surprise pour Jérôme Rothen, qui a côtoyé l'entraîneur équipe de France : « La responsabilité est pour Raymond Domenech. Kita fait le choix de Domenech, un choix réfléchi. Il pensait que Domenech allait faire mieux que Christian Gourcuff (le précédent entraîneur nantais, ndlr), et que le club allait remonter. A l’arrivée, c’est l’inverse." 

Avant de détailler sa pensée : "Domenech, on en a déjà parlé de son passé. C’était Knysna, et depuis, plus rien. Là, il arrive et Nantes est à deux doigts de dégringoler, poursuit Rothen. Son incompétence, on l’a vu et on la revoit plusieurs années après. Il n’y a jamais rien eu (avec Domenech), même pas un petit truc. Il a toujours été sauvé en équipe de France par des grands joueurs. Le problème, c’est qu’il ne se rend même pas compte de son niveau."

Riolo surpris par l'effet de l'annonce

Dans l’After Foot, Daniel Riolo a également réagi à la nouvelle. S’il s’est dit « pas surpris de l’échec », le journaliste a été déconcerté par la vitesse du limogeage : « Je ne pensais pas qu’il serait viré au bout de 40 jours. Je pensais qu’il irait jusqu’aux rencontres des barrages, qu’il serait dans la merde jusqu’au bout. Être viré au bout de quarantes jours, c’est hallucinant. » 

Riolo surpris par l'effet de l'annonce

Dans l’After Foot, Daniel Riolo a également réagi à la nouvelle. S’il s’est dit « pas surpris de l’échec », le journaliste a été déconcerté par la vitesse du limogeage : « Je ne pensais pas qu’il serait viré au bout de 40 jours. Je pensais qu’il irait jusqu’aux rencontres des barrages, qu’il serait dans la merde jusqu’au bout. Être viré au bout de quarantes jours, c’est hallucinant. »