FC Nantes – Mercato : un maintien vital pour éviter l'effet Brexit
Waldemar KitaCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ENQUÊTE BREXIT

FC Nantes – Mercato : un maintien vital pour éviter l'effet Brexit

A la lutte pour le maintien, le FC Nantes a tout intérêt à éviter d'être relégué en Ligue 2 cette année... Au risque de subir encore un peu plus la crise à cause du Brexit. Explications.

Zapping But! Football Club FC Nantes : les 10 plus grosses ventes des Canaris

Malgré toutes ses collaborations et connexions (Willie McKay, Mogi Bayat, Abdallah Lemsagam, Bakary Sanogo), le FC Nantes n'est jamais vraiment parvenu à pénétrer le marché anglais ces dix dernières années. Si les Canaris ont vendu pour 30,5 M€ (dont les 17 M€ d'Emiliano Sala qui ne sont jamais arrivés) vers la Premier League entre 2010 et 2020, le club ligérien n'a finalement réalisé que trois ventes en une décennie. Pas assez sexy pour les British, les joueurs nantais ? Possible...

Toujours est-il que le FC Nantes a observé d'un œil lointain le « Brexit du foot » et ses conséquences sur l'économie de la Ligue 1. Le FCN, qui a bien d'autres chats à fouetter, ne dépend pas du trading de joueurs vers l'Angleterre pour sa survie. Et s'il parvient à rester en Ligue 1, Nantes pourra toujours tenter, encore une fois, d'écouler ses invendus (Abdoulaye Touré?) dans des clubs du second panier de Premier League. En effet, avec les règles spécifiques au permis de travail anglais (GBE), tout joueur disputant 30% des matches en L1 est éligible à un départ pour l'Angleterre. Ce qui représente une bonne partie de l'effectif à l'exception des bannis de plus de 23 ans (Augustin, Limbombé).

En Ligue 2, le Brexit devient un problème

En revanche, et c'est l'une des conséquences directes (de moyen terme) qu'aurait une relégation, le marché anglais se fermerait aux Canaris en Ligue 2. Pas pour l'été 2021 mais à compter de l'été 2022 si le FCN venait à rater la remontée immédiate. Si la Ligue 1 demeure un championnat de premier plan aux yeux de la Premier League, un excellent joueur de 22 ans ou plus, évoluant en deuxième division, ne sera plus éligible au « GBE ». En clair, pour ne pas se retrouver privé des éventuels intérêts qu'ils suscitent en Premier League, les Lafont, Louza, Blas, Simon ou Kolo Muani n'auraient alors d'autres choix que de quitter le club cet été. Quand bien même certains se trouvaient des envies à contribuer à la remontée du FCN.

Quand on sait qu'une descente est souvent synonyme de pertes exponentielles au niveau de la manne des droits TV (déjà bien amochée cette saison par la défection de Mediapro) mais également au niveau du sponsoring et de la billetterie (déjà mise à terre par la crise du Covid), ajouter une nouvelle conséquence économique forte sur la variable d'ajustement principale des clubs (trading joueurs) peut s'avérer être le coup de grâce pour le FC Kita.