FC Barcelone – Mercato : amer, le mentor d’Antoine Griezmann vide son sac

FC Barcelone - Mercato : une amende risible pour régler le litige Griezmann – Atletico ?

Dans les colonnes du JDD, Eric Olhats, le mentor et ancien conseiller d’Antoine Griezmann (FC Barcelone) a raconté comment le Champion du Monde l’avait laissé tomber.

« Antoine aurait mérité une sortie plus digne. C’est sa faute et celle de son entourage ». Désormais recruteur à l’Atletico Madrid après avoir été le conseiller personnel d’Antoine Griezmann, Eric Olhats en veut à son ancien protégé de ne pas avoir réalisé un départ plus propre de l’Atletico, optant pour une rupture de contrat unilatérale pour signer au FC Barcelone cet été.

« Si je parle aujourd’hui après avoir refusé toutes les sollicitations ces dernières semaines, c’est pour une raison : je ne veux plus qu’on me considère seulement comme le mentor d’Antoine Griezmann. Pour beaucoup de gens, c’est tout ce que j’ai été pendant des années (…) Mon parcours professionnel ne se résume pas à un joueur », glisse celui qui a également découvert Giovanni Sio, Liacine Cadamuro ou encore Kévin Rodrigues.

« Je suis dans un entre-deux inconfortable à l’Atletico »

« Antoine m’a passé un coup de fil lorsque son transfert s’est concrétisé, mais j’ai un goût amer. Nos chemins se sont éloignés. Employé par le club qu’il vient de mal quitter, je suis dans un entre-deux inconfortable. Antoine n’est pas un mauvais mec. Simplement, quand il avance, il ne se retourne pas. Il zappe les gens qui ne font plus partie du décor. Je sais qu’il est reconnaissant mais je ne suis plus dans le décor, donc je suis sorti de l’histoire (…) Je lui souhaite de travailler sur cette amnésie », explique l’ancien chasseur de tête de la Real Sociedad.

« Il a beaucoup compté dans ma vie mais la page est tournée »

En toute franchise, Eric Olhats raconte sa rupture difficile : « Après avoir conservé une relation chaleureuse, les coups de fil se sont vite espacés. Certaines personnes lui ont mis en tête que j’avais eu trop d’emprise pendant sa jeunesse, uniquement par intérêt financier. L’éloignement était programmé. Devenu mari et père, il a coupé le cordon. Sur la fin, notre relation n’était plus basée que sur le marketing, sa communication. Notre complicité s’est envolée. Il a beaucoup compté dans ma vie mais la page est tournée. On dit qu’il me doit énormément. Je veux souligner que je lui dois aussi énormément : travailler avec Antoine m’a apporté notoriété et crédibilité. En me prenant comme conseiller sporti, il m’a mis à l’abri financièrement. J’espère que le jour où les lumières des stades s’éteindront on pourra se rapprocher. »

Arnaud Carond