FC Barcelone – Mercato : la direction se justifie encore du couac Neymar

Si leur réelle volonté de recruter Neymar cet été est remise en cause, les dirigeants du FC Barcelone assurent avoir tout tenté.

Cet été, le dossier Neymar a agité l’actualité du Mercato en France et en Catalogne. Si le Brésilien souhaitait quitter le PSG pour retourner au FC Barcelone, les deux clubs n’ont jamais été en mesure de s’entendre et le numéro 10 est finalement resté pour une saison supplémentaire en Ligue 1. Reste qu’au Barça, le dossier a laissé des traces dans le vestiaire, auprès des joueurs pressentis pour l’échange et du côté des supporters.

Forcément, au moment de rendre des comptes, Josep Maria Bartomeu et ses équipes doivent se justifier sur le dossier. Quelques jours après la sortie présentielle, ce fut au tour d’Oscar Grau, conseiller délégué du Barça et Enrique Tombas, trésorier du club, de se justifier devant les Socios au moment de la présentation des résultats financiers.

Le Barça continue de rejeter la faute sur le PSG concernant Neymar

Grau l’assure : le FC Barcelone a vraiment tout tenté. « Neymar a été une demande du secteur sportif et de l’entraîneur, et nous avons essayé de le faire de manière raisonnable, en présentant au PSG une série d’alternatives qu’il a toujours refusée. Nous avions misé beaucoup sur ce transfert, nous voulions le recruter, mais j’ai la sensation que le PSG n’a jamais voulu nous le vendre parce qu’ils ont toujours refusé catégoriquement nos offres », explique l’intéressé dans des propos relayés par « Foot Mercato ». Tombas assure que le Barça avait bien les moyens de prendre Neymar : « Avec les conditions proposées, nous pouvions parfaitement assumer le recrutement de Neymar. Nous avons fait deux propositions, une qui incluait des joueurs et une autre sèche, mais le PSG a refusé les deux ».

Par ailleurs, comme l’a expliqué Enrique Tombas, il n’est pas prévu dans le budget prévisionnel du club (qui dépassera le milliard d’euros cette saison) qu’un transfert de Neymar Jr intervienne en janvier. « Il n’y a pas de recrue prévue pour cet hiver », a martelé l’homme détenant les cordons de la Bourse.

Arnaud Carond