Girondins : Bordeaux condamné à couler malgré Gérard Lopez ?
Gérard Lopez Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Crouzet
OPINION

Girondins : Bordeaux condamné à couler malgré Gérard Lopez ?

Gérard Lopez, le possible repreneur des Girondins de Bordeaux s’est dit confiant au sortir de son passage devant la DNCG, hier vendredi. Néanmoins, pas sur ce que cela suffise pour sauver le club à moyen terme.

Zapping But! Football Club Bordeaux, PSG, OM, OL, ASSE : le top 10 des meilleurs buteurs de Ligue 1 en activité

Dans son live, le journaliste Romain Molina a affirmé que malgré l’arrivée de Lopez, la situation girondine est catastrophique, et la descente semble inévitable et ce même si ce n'est pas forcément pour cet été.

« Je souhaite que Bordeaux s’en sorte, évidemment. Le problème, et on va être très clair, c’est qu’il n’y a pas de solutions pour Bordeaux. J’aimerais dire autre chose, c’est un club historique, mais… Peut-être que là, avec Gérard Lopez, tu vas mettre un sparadrap. Mais si tu as une hémorragie interne, ce n’est pas parce que tu vas mettre un sparadrap… En fait, tu ne fais que repousser l’inévitable. Tôt ou tard, le club coulera, avec des dettes plus importantes. Je rappelle que Gérard Lopez doit aussi de l’argent à Luis Campos. Scoutly, les mecs n’ont pas été payés… Ca clignote rouge de partout. Tu as des articles qui te disent que c’est Lopez qui ramène l’argent, un article de France Bleu où Gérard Lopez parle du cœur… Il est vraiment trop fort. Il a fait la même chose à Lugo ! Il avait sorti les mêmes violons ! Qu’il aimait le club, que c’était un grand club… A Bordeaux, il est occupé de faire la même chose ! Faire passe Gérard Lopez pour un amoureux du foot, humaniste, qui va mettre son argent… Il ne faut pas être naïf. C’est un peu triste », a expliqué le journaliste dans des propos recueillis par Girondins4Ever.

Bordeaux condamné quoiqu'il arrive ?

Dans son live du 1er juillet, le journaliste Romain Molina a affirmé que la situation girondine était catastrophique, et que la descente semblait inévitable. L'arrivée de Gérard Lopez ne ferait que de repousser l'échéance.