par Benjamin Danet
ATTENTES

Girondins : ce qu'il faut attendre pour les Bordelais en 2022

Englués en bas de tableau, les Girondins ont confirmé lors de la première partie de saison les doutes qui accompagnaient la formation de Valdimir Petkovic. Rédhibitoire lors des semaines à venir ? Pas nécessairement.

Zapping But! Football Club Bordeaux : top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire

Les mots justes et les maux pour le dire. Alors que les Girondins, juste avant la trêve hivernale, s'inclinaient pour la 8e fois de la saison face au LOSC (2-3), l'entraîneur Vladimir Petkovic ne se réfugiait pas derrière la moindre excuse.

"Lille, ce n’est pas un coup d'arrêt parce qu'en premier lieu, Lille sur le papier était le favori. Notre première partie de saison n’est pas suffisante. On ne peut pas être content vu notre nombre de points et de buts que l’on a pris. Après, il y a aussi des choses positives. On s’améliore, on garde la tête haute. On aurait dû avoir 6, 7 points de plus. Tous les joueurs font de leur mieux. Ils font des choix. Parfois, ils peuvent faire des erreurs mais c’est humain. C’est humain également d’apprendre de ses erreurs. La première chose, c’est de récupérer tout le monde et après travailler sur l'amélioration individuelle des joueurs et du groupe également.”

Tel est donc le chantier qui attend les Girondins dans cette seconde partie de saison. Avec, comme tout le monde le sait, un obstacle majeur : la Coupe d'Afrique des Nations. Comme de nombreux clubs, celui de Gérard Lopez va être lourdement amoindri à compter du mois de janvier. Jugez plutôt :  Junior Onana (Cameroun), Gideon Mensah (Ghana), Samuel Kalu et Josh Maja (Nigéria), Abdel-Jalil Medioud et Medhi Zerkane (Algérie) Mbaye Niang, Issouf Sissokho (Sénégal), tous vont rejoindre leurs différentes sélections pour plusieurs semaines. Une nouvelle épine dans le pied de Petkovic qui va donc devoir convaincre son président de l'urgence. Et de recruter alors que les caisses sont vides...

Il faudra au technicien beaucoup de malice et d'ingéniosité car le temps, comme souvent dans le football, lui sera compté. Le calendrier de reprise est en effet musclé avec, après la Coupe de France et le Stade Brestois, deux rendez-vous cruciaux face à l'OM et le Stade Rennais qui occupent le haut de la Ligue 1.
 

Pour résumer

Englués en bas de tableau, les Girondins ont confirmé lors de la première partie de saison les doutes qui accompagnaient la formation de Valdimir Petkovic. Rédhibitoire lors des semaines à venir ? Pas nécessairement. La preuve.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet