Girondins : Gasset désamorce une crise avec Ben Arfa avant le PSG
Jean-Louis GassetCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
CONF' DE PRESSE

Girondins : Gasset désamorce une crise avec Ben Arfa avant le PSG

L'entraîneur des Girondins de Bordeaux, Jean-Louis Gasset, assure que si Hatem Ben Arfa a goûté du banc contre Metz (1-2), ce n'était pas une punition et qu'il n'y a pas de souci avec le meneur de jeu.

Zapping But! Football Club Bordeaux : le palmarès complet des Girondins

Le 0-0 contre l'OM le dimanche 14 février aura décidément fait beaucoup de mal aux Girondins de Bordeaux. Certes, les Aquitains ont préservé leur invincibilité à domicile face à leur ennemi juré depuis 1977 mais ils ont vu leur effectif exploser en plein vol. La faute à un Hatem Ben Arfa ayant voulu forcer la décision tout seul dans la dernière demi-heure face à des Marseillais réduits à neuf. Ce qui n'avait pas plu à Laurent Koscielny, qui lui avait vertement fait savoir. Depuis, il semblerait que le vestiaire soit scindé entre plusieurs clans, Yacine Adli ayant pour sa part pointé du doigt les joueurs en fin de contrat qui ne se battaient pas assez.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DES GIRONDINS DE BORDEAUX

"J'ai besoin de tout le monde"

Interrogé ce mardi sur la présence de Ben Arfa sur le banc contre Metz (1-2) dimanche dernier alors que se profile un choc à domicile contre le PSG, Jean-Louis Gasset a juré qu'il ne s'agissait pas d'une sanction contre son meneur de jeu : "Pas du tout, pas du tout. Vous citez un nom à chaque fois. Vous citez De Préville, vous citez Ben Arfa. Ils sont dans les 18 demain. Ne rentre en compte que les prestations. C’est mon choix après, de dire s’il est en forme, pas en forme, il est bien dans sa tête, il est mal dans sa tête, pour chaque joueur. Et après, j’essaie de faire l’équipe la plus cohérente possible. Il n’y a pas de cas spéciaux. On parle de nous, ensemble".

Le technicien est également revenu sur les propos de Yacine Adli concernant la motivation de certains : "J’ai besoin de tout le monde. J’essaye de leur faire comprendre que l’individuel ne prend pas le pas sur le collectif. Tout le monde a intérêt à faire une bonne fin de saison. Il reste onze matches. Tout le monde a intérêt. Ce qu’il nous manque, ce sont des joueurs qui ont le goût du sacrifice".