Girondins – Mercato : recrue L2 et joueurs libres... un été inquiétant se profile à cause de King StreetLancer le diaporama
Ligue 1 : les joueurs en fin de contrat en 2021
+18
Frédéric LonguépéeCredit Photo - Icon Sport
LANCER LE DIAPORAMA
par Alexandre Corboz
CURE D'AUSTERITE

Girondins – Mercato : recrue L2 et joueurs libres... un été inquiétant se profile à cause de King Street

Alors que les Girondins de Bordeaux n'ont que de faibles perspectives d'investissements à l'été 2021, King Street campe sur ses positions concernant la vente du club.

Zapping But! Football Club Girondins : Top 10 des salaires de la saison 2020 / 2021

Comment l'été 2021 va-t-il se passer du côté de Bordeaux ? Cette question angoisse les supporters et les réponses de L'Equipe, dans son édition de vendredi, ne sont guères rassurantes. Selon le quotidien, les Girondins auront une capacité d'investissement très limitée avec des propositions salariales n'excédant pas les 80 000 – 90 000€ brut par mois et l'obligation de se tourner vers des acquisitions de joueurs libres ou de Ligue 2. Exit donc la possibilité pour le club de conserver un Jean-Michaël Seri, actuellement prêté par Fulham et qui dispose d'un salaire supérieur à 150 000€ brut par mois.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DES GIRONDINS DE BORDEAUX

Malgré les difficultés, King Street refuse de vendre

Dans cet article intitulé « Bordeaux continue de creuser », L'Equipe met en exergue les nombreuses erreurs du club sous les administrations M6, GACP et King Street. Bordeaux paie notamment une masse salariale qui a gonflé à 69,9 M€ en 2020 alors qu'elle n'était « que » de 49 M€ en 2017 à l'époque de M6. Le club est aussi victime des choix désastreux d'Eduardo Macia, lequel a fait capoter des ventes importantes (Kamano, Sabaly) tout en s'attachant les services d'une coûteuse et inutile cellule de recrutement internationale au Portugal, en Scandinavie, en Espagne et en Angleterre.

Pour autant, comme le rapporte L'Equipe, cette situation précaire et cet avenir incertain ne pousse pas encore totalement King Street à vendre à tout prix le club, même si la direction aquitaine a repris contact avec Peak6 pour une vente en novembre dernier et que, du côté de la Maire on assure que l'homme d'affaires Pascal Rigo est toujours dans le coup. « Il n'y a pas pire moment pour vendre qu'aujourd'hui », assure-t-on dans l'entourage de King Street. L'avenir ne s'annonce pas radieux...

Albums Photos