Juventus : boxe, pleurs, retraite… les drôles de confidence de Cristiano Ronaldo
Cristiano RonaldoCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
DECALE

Juventus : boxe, pleurs, retraite… les drôles de confidence de Cristiano Ronaldo

Au cours d'une interview croisée avec l'ancien champion de boxe Gennady Golovkin, Cristiano Ronaldo a fait de surprenantes confidences sur sa vie privée mais également sa vision de sa fin de carrière.

Zapping But! Football Club Juventus : le palmarès complet des Bianconeri

Plutôt rare dans les médias, Cristiano Ronaldo a accordé une interview à la chaîne allemande DAZN, dont une émission, baptisée "Mondes Parallèles", voit deux athlètes de sports différents comparer leur vision de leur activité, du monde, etc. Ça a été l'occasion pour le Portugais invité en compagnie de l'ancien boxeur kazakh Gennady Golovkin, de faire quelques confidences assez inattendues.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE LA JUVENTUS TURIN

"Entre un match de foot et de boxe, je choisis le second"

"Jouer au foot est ma passion mais je regarde d'autres sports à la télévision. Entre un match de foot et une partie de boxe ou d'UFC, je choisis la seconde option. Je ne crois pas que j'aurais pu être boxeur, c'est dur. Je pense être né pour être footballeur professionnel, je pensais avoir un don depuis le début et j'ai saisi cette opportunité à la force de mes mains. La boxe est plus difficile est plus difficile parce que tu es seul. A l'entraînement, il y a du monde autour de toi mais sur le ring, tu es seul."

"Golovkin et moi avons grandi dans des ambiances et des cultures diverses. Ça a été dur pour nous parce que nous venons de familles humbles, nous n'étions pas riches, ce qui fait que nous avons dû lutter. Les circonstances dans lesquelles tu grandis endurcissent ta personnalité et ton caractère. Je suis né sur l'île de Madère et à 11 ans, je suis allé au Sporting. Je suis allé voir mes parents pour leur dire que je voulais y aller. Ma mère m'a dit : "Mon fils, si c'est ce que tu veux, vas-y". J'ai pleuré tous les jours parce qu'ils me manquaient. Ça a été le moment le plus dur de ma vie, à égalité avec la perte de mon père. Je crois que c'est beau d'avoir ce genre d'émotions, il ne faut cacher qui nous sommes. Qui a dit que les hommes ne pleuraient pas ? Nous avons tous des sentiments et nous devons les exprimer."

"Tout dépend de ta tête"

"A 33 ans, tu commences à penser que tu es sur le déclin mais je veux continuer à jouer au football. Les gens peuvent penser : "Cristiano a été un joueur formidable mais maintenant, il est lent". Je ne veux pas que ça arrive. Tu peux prendre soin de ton corps mais le problème n'est pas là. Tout dépend de ta tête, de ta motivation et de mon expérience. Par exemple, Federer a 39 ans et est encore au top."