ASSE, FC Nantes, OM, OL, PSG : Daniel Riolo désigne les coupables du fiasco des droits TV
Vincent Labrune (LFP)Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
APRES-MEDIAPRO

ASSE, FC Nantes, OM, OL, PSG : Daniel Riolo désigne les coupables du fiasco des droits TV

A l'issue du fiasco de l'appel d'offres des droits TV lundi, Daniel Riolo a pris sa plume pour mieux taper sur le football français, ses joueurs et ses dirigeants.

Zapping But! Football Club Diego Maradona : les meilleures punchlines d'El Pibe de Oro

Lundi, l'appel d'offres de la LFP pour les droits de Ligue 1 et de Ligue 2 n'a pas eu le résultat escompté. Du fait de l'absence de Canal+, beIN Sports et du groupe Altice, la Ligue ne s'est retrouvée qu'avec des propositions au rabais (Amazon, DAZN, Discovery), en dessous du prix de réserve fixé par les dirigeants du football français et la Ligue s'est laissée 48 heures avant de prendre une décision.

Sans surprise, on ira vers une négociation dite « de gré à gré » en direct avec les diffuseurs. Avec le risque d'un vrai désastre économique. L'épisode de début de semaine a même « frisé l'humiliation » pour Daniel Riolo, qui n'a pas manqué de rédiger une tribune enflammée pour RMC Sport. Pour lui, ceux qui s'en prennent aux diffuseurs n'ont rien compris.

Daniel Riolo se paie le Foot Français dans son ensemble !

« On peut penser ce qu’on veut de la méthode, Canal défend ses intérêts et personne ne peut critiquer la chaîne pour ça. Le diffuseur historique, comme les autres d’ailleurs, BeIN ou Altice, ne sont responsables de rien dans ce fiasco ! Il peut être commode de taper sur la "télé", sur le Qatar ou je ne sais quoi, mais le responsable et le seul responsable c’est: Le Foot Français ! », a-t-il écrit dans son billet.

Estimant que l'arrivée du Qatar et de beIN Sport avaient fait gagner dix ans à un modèle en bout de course, Daniel Riolo sort la tronçonneuse : « On a surpayé des joueurs de seconde zone. On a développé des projets sportifs grotesques montés par des présidents incompétents. On est ensuite passé aux dirigeants factices, aux dirigeants invisibles. Et pendant que la soupe était bonne pour tout le monde, on s’est tranquillement coupé du public. On s’est coupé du monde. Comment un seul président a pu être convaincu qu’une chaine de télé diffusant 80% de la L1 et 100% de la L2 pouvait être rentable ? Ça reste incroyable. Mais il paraît que j’exagérais ».