ASSE, FC Nantes, PSG, OM, OL, RC Lens : Al-Khelaïfi sollicité afin de contrecarrer le plan de Canal+ pour l'après-Mediapro !
Nasser Al-KhelaïfiCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
DROITS TV

ASSE, FC Nantes, PSG, OM, OL, RC Lens : Al-Khelaïfi sollicité afin de contrecarrer le plan de Canal+ pour l'après-Mediapro !

La LFP a programmé un rendez-vous avec les dirigeants de beIN Sports pour connaître leurs intentions sur les droits TV de Ligue 1... Avec l'espoir que la chaine qatarie reste solidaire des clubs.

Zapping But! Football Club LOSC, OL, Monaco, OM : Top 10 des ventes de L1 vers la Premier League

Nouvel épisode dans le bras fer opposant la LFP et Canal+ sur les droits TV de Ligue 1 rendus par Mediapro. Comme nous vous l'indiquions hier, Canal va participer au nouvel appel d'offres décidé jeudi dernier par la Ligue et souhaite rendre son lot afin de le renégocier. Une demande à laquelle Vincent Labrune a accusé une fin de non-recevoir pour l'instant, se cachant derrière le fait que les matches du samedi soir et du dimanche après-midi étaient des sous-licences beIN Sports.

D'après Le Figaro, c'est donc à beIN Sports de trancher pour ce coûteux dossier à 330 M€ et la chaîne qatarie va aller dans le sens de Canal+ en rendant les droits TV. Une demande imposée par le contrat d'exclusivité liant les deux diffuseurs et pour lequel la chaîne cryptée paie 200 M€ par an. Pour l'heure, comme le rapporte Le Parisien, beIN ne s'est pas encore plié à la demande de Canal+ et la LFP espère toujours retourner le problème.

La LFP veut encore convaincre beIN Sports de changer d'avis

D'après le quotidien francilien, les dirigeants de la Ligue ont planifié une rencontre dans les prochains jours avec Nasser Al-Khelaïfi et Youssef Al-Obaidly, les patrons de BeIN, pour évoquer les droits de la Ligue 1. Objectif : s'enquérir de la situation du média créé en 2012 par QSI et savoir si celui-ci sera en mesure de suivre ou non Canal+. Reste un gros souci pour la LFP et Vincent Labrune : contrairement à Canal+, l'instance n'a aucun moyen de faire pression sur beIN pour retourner le dossier.

Si beIN Sports venait, comme Mediapro, à rendre ses droits, le football français ne tiendrait plus que sur les seuls droits mobiles vendus à Free pour 50 M€. Une misère par rapport au contrat signé en 2018 et qui était censé rapporter plus de 1,1 milliard d'euros sur les divers lots. Un moyen de pression suffisamment énorme pour Canal+ face à des clubs totalement à l'agonie...