Kolo vs Ramos
Kolo vs RamosCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ANALYSE

ASSE - PSG : Green, Ramos, les “4 fantastiques”... Les 5 choses à retenir du match

Valeureuse, l’ASSE a finalement été battue ce dimanche par le PSG (1-3). Les Verts avaient ouvert la marque par Bouanga avant de subir l’exclusion de Kolodziejczak et l’égalisation de Marquinhos et de craquer sur la fin. Analyse.

Zapping But! Football Club Olympique de Marseille : La question de la semaine

Le plan avorté de Puel

Dans sa composition d’équipe, Claude Puel avait surpris beaucoup de monde avec la titularisation surprise de Nelson Alpha Sissoko à droite de la défense, d’Yvann Maçon en milieu gauche pour bloquer les montées d’Archaf Hakimi et un seul pur récupérateur en la personne de Mahdi Camara. Pas une réussite pour Sissoko en difficulté face à Neymar. A la pause, après l’exclusion de Timothée Kolodziejczak, le Castrais est revenu sur un 4-4-1 plus conventionnel avec les entrées d’Harold Moukoudi et Zaydou Youssouf, à la place de Sissoko et d’un Adil Aouchiche encore une fois discret.

De Nadé à Khazri, on a vu des guerriers malgré la défaite

Si Monsieur Brisard a mis les Verts en difficulté avec l’exclusion sévère de Kolo, on a quand même vu beaucoup de guerriers sur le pré à l’ASSE. Mickaël Nadé a tenu l’axe en patron. S’il a parfois été proche du dérapage, Mahdi Camara a montré toute sa combativité lors d’un second acte où il fallait fermer le jeu. Ryad Boudebouz a, comme à Troyes, assuré dans son rôle de meneur de jeu reculé. L’Algérien a été contraint de sortir à la 71e, rattrapé par des crampes. Wahbi Khazri a été intéressant en décrochage face au duo Marquinhos - Ramos, délivrant un extérieur lumineux sur le but (23e) et Denis Bouanga, récompensé par un but, n’a pas donné sa part au chien dans la bagarre. 

Green a tout tenté

Au diapason des soldats devant lui, Etienne Green a réalisé un très très grand match, remportant notamment trois duels face à Kylian Mbappé (14e, 41e, 51e), un face à Neymar (69e) en plus de ses sorties inspirées. Probablement l’homme du match du côté des Verts même s’il ne peut rien sur la tête de Marquinhos (45e+1) et est abandonné sur le but d’Angel Di Maria (79e).

Les quatre fantastiques du PSG sur courant alternatif, Neymar sorti sur civière

Si on attendait beaucoup du quatuor Messi - Mbappé - Neymar - Di Maria, il y a quand même de quoi être déçu. A l’exception du Brésilien, qui a mis au supplice Nelson Alpha Sissoko lors du premier acte et a même marqué un but refusé par la VAR (5e), les “quatre fantastiques” ont pris froid dans le Chaudron. Match paradoxal de Lionel Messi, auteur de trois passes décisives mais qui a quasiment tout raté à côté. Difficile de dire que la magie du sextuple Ballon d’Or opère vraiment... Il a même raté un but tout fait (69e) après que Neymar a buté sur le portier des Verts. Kylian Mbappé a beaucoup proposé mais il est surtout tombé sur un Etienne Green en état de grâce. Quant à Angel Di Maria, auteur du but de la victoire (79e), il a quand même eu du mal à trouver les décalages. Ce n’était pas le meilleur match du Fidéo. Le match du quatuor s’est même soldé par une fausse note avec la sortie sur blessure de Neymar, lequel se tenait la tête désespéré (87e).

Sergio Ramos première solide dans le Chaudron

Si c’est Marquinhos qui s’est offert un doublé de la tête (45e+1 et 90e), ce match à Geoffroy-Guichard restera surtout dans l’histoire comme la première de l’ancien capitaine du Real Madrid à ses côtés. Sérieux, appliqué, accrocheur et juste dans ses transversales, l’Andalou a rassuré sur son état physique. Surtout la Ligue 1 a découvert les coups de vice de Ramos, souvent dans les accrochages avec Bouanga et Khazri.

 

ASSE 1-3 PSG

Séduisante pendant une mi-temps et devant dès la 23e minute sur une réalisation de Denis Bouanga, l’ASSE a finalement craqué face au PSG (1-3). Réduits à dix dès la 44e minute (exclusion de Timothée Kolodziejczak), les Verts ont concédé l’égalisation de Marquinhos sur le coup-franc suivant avant de craquer sur la fin face à Angel Di Maria puis à nouveau le central brésilien.