Girondins de Bordeaux : Mercato, blessure… Thelin déballe tout

Blessé, l’attaquant suédois des Girondins de Bordeaux Isaac Kiese Thelin a conscience de ne pas être à la hauteur des attentes placées en lui. Mais il n’envisage pas pour autant un départ.

A lire aussi : Tous les articles sur les Girondins

Cinq matches, aucun but, aucune passe décisive : la saison 2015/16 d’Isaac Kiese Thelin constitue pour le moment un gros raté. La faute à des performances décevantes mais surtout à une blessure à un pied très handicapante : « Je ne sais pas si je pourrai rejouer cette saison, a-t-il déclaré au journal suédois Aftonbladet. Je dois être honnête envers moi-même. Je dois me soigner. Certains jours, je ne pouvais plus poser le pied par terre, la douleur était insoutenable. Je pensais que la blessure se résoudrait d’elle-même, je ne suis pas du genre à me plaindre mais j’ai dû me résoudre à écouter mes proches et m’arrêter. Je sais qu’il y a une chance que je ne joue plus cette saison et que je rate l’Euro ».

« Je n’a pas été honnête avec le club »

Une blessure que l’ancien attaquant de Malmö a aggravé en disputant l’Europ Espoirs l’été dernier alors qu’il sortait d’une grosse saison et que Willy Sagnol lui avait demandé de renoncer : « Je n’aurai pas dû jouer autant mais c’est facile à dire après coup. Je voulais jouer et c’est moi qui ait pris la décision. J’ai joué, nous avons gagné l’Euro, mais malheureusement je suis toujours blessé. Willy a toujours dit que j’avais besoin d’être en forme, mais je n’ai pas été honnête avec le club ».

« Je ne pense pas à un transfert »

Un club qui va encore devoir vendre cet hiver pour renflouer ses caisses et qui pourrait être tenté de céder son attaquant blessé. Mais Thelin est catégorique à ce sujet : il ne bougera pas des Girondins de Bordeaux. « Un transfert ? Non, je n’y pense pas, a-t-il juré dans Expressen. Quand je suis arrivé et que j’étais en forme, j’étais impliqué sur beaucoup de buts. Ce sera la même chose quand je reviendrai de blessure. Je vais rester à Bordeaux un moment. »

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001